.
-

Église Saint-Jacques-la-Boucherie, à Paris (IVe arrondissement). - Les écrivains qui ont fait de l'histoire de Paris une étude spéciale n'ont pu préciser l'époque de la fondation de cette église, détruite en 1802. On croit généralement qu'à l'endroit où elle fut construite, se trouvait une chapelle qu'on y voyait vers 954, sous le règne de Lothaire ler. Dans une bulle du pape Callixte II, en 1119, il est fait mention pour la première fois de l'église Saint-Jacques-la-Boucherie. Ce nom de la Boucherie lui vient de son voisinage de l'Apport-Paris, où se trouvait la plus ancienne et la plus considérable des boucheries de la ville. Cette église fut érigée en paroisse sous Philippe-Auguste, vers l'an 1200. Ses bâtiments avaient alors peu d'étendue, ils furent agrandis successivement aux XIVe et XVe siècles. Nicolas Flamel, qui avait fait construire à ses frais le petit portail qu'on voyait dans la rue des Écrivains, fut enterré le 24 mars 1417, dans cette église. Un des autres caveaux de l'église Saint-Jacques-la-Boucherie renfermait les dépouilles mortelles de l'illustre Jean Fernel, médecin de Henri II et accoucheur de la reine Catherine de Médicis : Cette princesse était si contente de son habileté, qu'elle lui donnait à chaque couche la somme très forte alors, de douze mille écus d'or. 

Cet édifice avait droit d'asile; en 1405 on y fit même construire une chambre qu'on réserva à ceux qui venaient s'y mettre en franchise. La justice ne respecta pas toujours cet asile. Voici deux faits historiques qui le prouvent : Le 14 janvier 1358, Jean Baillet, trésorier général des finances, passant dans la rue Saint-Merri, fut assassiné par un changeur nommé Perrin Macé. Le meurtrier se sauva dans l'église Saint-Jacques-la-Boucherie. Le Dauphin, (devenu par la suite Charles VI), irrité de cet attentat, envoya Robert de Clermont, maréchal de France, Jean de Châlons et Guillaume Staise, prévôt de Paris, avec l'ordre de s'emparer du coupable. Il fallut l'arracher de l'église; le lendemain on lui fit couper le poing à l'endroit où il avait commis le crime, puis on le conduisit au gibet où il fut étranglé. Dès que Meulan, évêque de Paris, connut cette violation des privilèges ecclésiastiques, il fit détacher du gibet le corps du supplicié, et ordonna qu'il fut inhumé avec pompe dans l'église Saint-Jacques-la-Boucherie. Le prévôt des marchands et ceux de sa faction assistèrent à cette cérémonie dans le même temps que le dauphin honorait de sa présence les funérailles de Jean Baillet.  En 1406, un autre criminel fut également arraché de cette église; l'évêque d'Orgemont fit suspendre aussitôt le service divin; il fallut avant de continuer les cérémonies religieuses, que le parlement condamnât cette violation.

L'église Saint-Jacques-la-Boucherie qui n'avait été achevée que sous le règne de François Ier, fut supprimée en 1790. Devenue propriété nationale, elle fut vendue le 11 floréal an V, et démolie peu de temps après, et il n'en subsista que son clocher, l'actuelle Tour Saint-Jacques. Sur son emplacement un particulier fit construire, d'après les plans de Lelong, architecte, un marché dont l'inauguration eut lieu le 13 octobre 1824. Dans cet établissement, qui occupait une superficie de 1400 m², l'on vendait du linge et des habits. C'est devenu trente ans plus tard un square.
-


La partie supérieure de la Tour Saint-Jacques.
 (© Photo : Serge Jodra, 2009).
.


Dictionnaire Villes et monuments
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2006. - Reproduction interdite.