.
-

Nymphée ou Nymphea ou Nymphaea ou Nymphaeum (Antiquité grecque et romaine). - On appelait de ce nom des monuments en rapport avec le culte des Nymphes, ayant à la fois le caractère d'un temple et d'un château d'eau; l'idée première en était tirée des grottes naturelles que l'opinion consacrait aux Nymphes. L'exemple le plus anciennement connu est celui du monument de Mégare, élevé par Théagène aux Nymphes locales, dont il se vantait de descendre. Strabon dit que toute la région de l'Arcadie était pleine de monuments en l'honneur d'Artémis, d'Aphrodite et des Nymphes, et que ces monuments s'élevaient dans des bosquets humides et fleuris. 

On a supposé que les nymphaea élevés par l'art étaient une imitation des grottes de stalactites; ceux qui, à l'exemple des Grecs, furent construits par les Romains, étaient d'ordinaire des rotondes, ornées de statues et de peintures; ils étaient placés sous la protection des Nymphes et disposés, dans certaines de leurs parties, pour servir de réservoirs, d'où l'eau se distribuait par les quartiers, dans d'autres pour offrir un lieu de réunion, où se célébraient surtout les cérémonies nuptiales; on en cite à Corinthe, à Antioche, à Byzance; Rome en possédait plusieurs. 

On a découvert à la fin du XIXe siècle à Gennes, près de Saint-Maur (Maine-et-Loire), les restes d'un nymphaeum très considérable: c'est une demi-rotonde avec colonnade, flanquée de deux salles rectangulaires de 19 m, le tout d'une longueur de 50 m; la rotonde était ornée de cinq statues. C'est le monument le plus curieux en ce genre qui ait été découvert hors de Rome. (J.-A. Hild).

.


Dictionnaire Architecture, arts plastiques et arts divers
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.