.
-

Harrar

Harrar, Harar ou Adar (93 400 habitants en 2006) est une ville d'Ethiopie, jadis capitale d'un État musulman, le Harrar (auquel appartenaient aussi les villes de Bouhana, Fiambiro et Tchallanko), situé entre les pays des Somalis, des Afar et des Gallas. Elle est située à 350 kilomètres de Berbera, à 280 de Zeïla et à 280 d'Ankober et connue de ses habitants et des Abyssins sous le nom d'Hararghi; les Somalis l'appellent Ada et les Gallas Adaré

Les Égyptiens s'y sont établis en 1875, ils y entretenaient une garnison de 5000 hommes sous prétexte de la protéger contre ses voisins, mais c'est au pillage et aux exactions que se livra surtout le corps d'occupation. En passant sous le joug des Égyptiens, les habitants de Harrar n'ont fait que changer de maîtres; précédemment ils se trouvaient à la merci des pillards gallas qui leurs imposaient une contribution sur les caravanes; après la conquête ce fut aux fonctionnaires qu'il fallut payer la dîme et la sécurité n'augmenta guère, car on vit les hyènes rôder autour de la ville. Dans les années 1880, le pays de harrar passa entre les mains de Ménelik, puis, au cours de la décennie suivante, ce furent les britanniques qui y ont arboré leur drapeau.

A cette époque, Harrar occupe une superficie de 48 hectares et est enfermé dans un rempart de pierres cimentées, que flanquent 24 tours crénelées; les 9500 maisons à terrasses dont elle se compose ne sont pas disséminées comme celles de Gondar et des autres cités éthiopiennes, mais serrées, au contraire, les unes contre les autres. Elles ont peu d'ouvertures et donnent sur des ruelles étroites, escarpées et tortueuses; les places sont irrégulières et en petit nombre; elles se trouvent généralement à côté des mosquées, dont la plus grande et la seule digne de mention a été édifiée par des architectes turcs de Moka. 
-

Harrar
Habitants de Harrar sur une ancienne gravure.

D'après Burton qui a visité Harrar au milieu du XIXe siècle, la ville a alors une physionomie tout arabe; elle s'étend sur une colline, est dominée au nord par une ligne de hauteurs dont le point culminant est le Kondoa, au sud par la montagne de Hakim d'où sortent plusieurs ruisseaux arrosant les jardins de la ville et se perdant dans les marais ; les flancs de cette dernière montagne sont creusés de grottes nombreuses occupées par des singes fauves à queue longue et à crinière touffue.

L'altitude moyenne de la ville est de 1860 mètres, sa température est en moyenne de 12 à 15°; aussi forme-t-elle une sorte d'oasis et a-t-elle dans ses environs des champs cultivés qui, au besoin, suffiraient à sa consommation, et des plantations de caféiers. Mais son importance historique a surtout été commerciale et, au XIXesiècle, des routes, rayonnant dans toutes les directions, lui apportent les produits de l'intérieur, que les habitants exportent en Égypte ou en Arabie par les deux ports de Berbera et de Zeïla; leur café est expédié d'Aden et de Hodeïdah comme moka; la pomme de terre, le tabac, les raisins, le pavot, les orangers sont les autres produits du pays. L'industrie est, à cette époque, sans importance et est à peu près limitée à la fabrication des toiles pour toges, des robes noires des femmes ou des robes rouges des jeunes filles; on fabrique aussi de très belles poteries fines.

Les Harrari sont des musulmans chiites, ce qui permet de supposer qu'ils ont été convertis par les Persans ou les Arabes du sud; ils se munissent le soir pour mâcher des feuilles de qât et ils débutent et ils terminent par la lecture de quelques versets du Coran ; selon eux, la « plante des saints » leur permet de veiller plus tard pour louer Allah. Contrairement aux habitudes des autres musulmans, les femmes sont considérées et elles marchent le visage découvert; elles vont même vendre leurs denrées au bazar, les hommes se réservant le labeur plus fatigant des champs.  Avant la conquête égyptienne, l'émir avait seul plusieurs femmes; les divorces étaient remarquables par leur peu de fréquence. Les femmes avaient presque le monopole d'une langue propre à la cité et nommée, pour cette raison, le harrari.

.


Dictionnaire Villes et monuments
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2006. - Reproduction interdite.