.
-

Guingamp

Guingamp (Gicanpum, sur des monnaies) est une commune de France, dans le département des Côtes-d'Armor, situé dans la riche vallée du Trieux et baigné par ce fleuve, dont il occupe principalement la rive droite. Population : 8000 habitants. Guingamp est une vieille ville, d'un aspect pittoresque. Fabriques de draps, de toiles de Pédernec, de percales lustrées dites guingamps, etc.

Il n'est pas fait mention de la ville de Guingamp avant la fin du XIe siècle (sous Hoël Il), où Havoise, héritière des seigneurs de Guingamp, l'apporta en mariage à Etienne de Penthièvre. Etienne et ses successeurs s'attribuèrent le droit de battre monnaie. Au commencement du XIIIe siècle, les comtés de Guingamp et de Penthièvre passèrent au pouvoir des ducs, qui continuèrent à y battre monnaie, notamment Pierre Mauclerc (1213-1237) et Jean II (1286-1305). Jean III donna en 1317 le comté de Penthièvre en apanage à son frère Guy de Bretagne. Durant les luttes des maisons de Montfort et de Blois (1341-1364), le pays en fut fréquemment le théâtre, et Guingamp y prit une part active, assiégé deux fois par les Anglais, en 1342 et 1345. Du Guesclin, en 1364, aida les habitants à se délivrer des Anglais qui habitaient deux châteaux voisins. En 1420, Guingamnp fut enlevé aux Penthièvre par Jean V, qui en fit l'apanage de son fils Pierre. Guingamp fut assiégé et pris par La Trémoille, en octobre 1488, et enlevé ainsi aux Bretons, au nom de Charles VIII. Plus tard, la ville se déclara pour la Ligue et fut assiégée trois fois par les différents partis. Le prince de Dombes l'enleva, en 1591, au duc de Mercœur et y fit reconnaître Henri IV. Le traité d'Angers, pacificateur, en 1598, restitua Guingamp et le duché de Penthièvre (érigé du comté en 1569) au duc de Mercoeur, dont la fille épousa le duc de Vendôme, fils naturel de Henri IV. En 1626, après l'exécution de Chalais, Richelieu fit démanteler trois villes fortes appartenant à César de Vendôme, qui avait trempé dans la conspiration Guingamp, Lamballe et Moncontour.

Par ses vieux monuments, la ville de Guingamp est l'une des plus intéressantes de la Bretagne; encore ne reste-t-il presque rien de sa vieille enceinte gothique (1442), à peu près intacte au commencement du XIXe siècle. Il n'existe du château, qui était de forme carrée, que trois de ses quatre tours, et qui sont découronnées. L'église Notre-Dame de Bon-Secours est remarquable et appartient à diverses époques, XIIIe, XIVe, XVe et XVIe siècles; c'est un monument historique. Il ne reste rien des constructions du XIIe siècle, époque à laquelle elle existait; flèche octogonale de 60 m flanquée de trois gracieux clochetons; sous le portail, du XVIe siècle, statue de Notre-Dame du Halgoët, la patronne vénérée; le portail Ouest offre les styles ogival et de la Renaissance brusquement juxtaposé; on admire, à l'extérieur, des statuettes et des ornements délicatement sculptés dans le granit; à l'intérieur, le buffet d'orgues avec de belles boiseries, des vitraux à sujets variés, des tombeaux. 

Cette église est un but de pèlerinage. La chapelle Sainte-Croix (1130) sert aujourd'hui de grenier à fourrage. Manoir abbatial (1530) avec une tour hexagonale, chapelle Saint-Léonard, du XIe siècle, en partie romane, pittoresquement située. Ancien couvent des ursulines du XVIIe siècle, occupé par le dépôt de remonte. Le couvent des cordeliers (1283) fut ruiné dans le siège de 1591. La fontaine de la Pompe est un gracieux monument avec statues et ornements sculptés. L'Hôtel-Dieu (1676), renferme dans son enclos un ébène centenaire d'une grosseur exceptionnelle. Il y a trois promenades : la place de la Pompe au centre de la ville, les promenades du Vally et des Cantons. A 2 km se trouve la chapelle de Notre-Dame de Grâces, à élégantes sculptures, possédant un reliquaire où sont enfermés les restes de Charles de Blois.

Les armoiries de Guingamp sont : Fascé d'argent et de gueules de quatre pièces. (C. Delavaud).

.


Dictionnaire Villes et monuments
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2009. - Reproduction interdite.