.
-

Cimaise ou Cymaise. - Moulure dont le nom, s'il est tiré du grec kumation (de kuma = onde), rappelle la forme ondulée de cette moulure qui se compose de deux parties, l'une convexe et l'autre concave, tandis que si ce nom est tiré du latin cima = cime, il fait allusion à l'emploi le plus général de cette moulure que l'on réserve pour la partie supérieure d'un membre d'architecture, corniche de piédestal ou d'entablement

Vitruve (I. I, c. IV et suiv.) distingue deux sortes de cimaises qu'il appelle la dorique et la lesbienne et qui semblent assez bien correspondre à ce que l'on appelait autrefois la gueule droite et la gueule renversée et de nos jours la doucine et le talon; mais cette dernière cimaise, plus rarement employée comme moulure de couronnement, sert surtout à donner de l'empattement à la base d'un socle ou piédestal

On appelle aussi cimaise, en menuiserie et en peinture, le cours de moulures généralement placé à hauteur d'appui et qui, dans la décoration d'une pièce, sert à limiter la partie de soubassement peinte ou boisée de la partie supérieure recouverte le plus souvent de papier ou d'étoffe. De ce dernier sens du mot cimaise, vient, dans les expositions de beaux-arts, le désir des peintres d'avoir leurs tableaux exposés sur la cimaise, c.-à-d. à hauteur d'appui, bien en vue, ayant les honneurs de la cimaise, en un mot. (Charles Lucas).

.


Dictionnaire Architecture, arts plastiques et arts divers
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2007. - Reproduction interdite.