.
-

Cherson

Cherson  est une ville byzantine de la côte de Crimée, située à peu de distance de la moderne Sébastopol, là où s'élève aujourd'hui le monastère de Saint-Georges. Quand au IVe siècle les invasions des Goths et des Huns ruinèrent toutes les cités romaines de la Crimée, seule la colonie de Chersonesos, qui avait pris à la fin du IIIe siècle le nom de Cherson, échappa au désastre : et grâce à ses fortes murailles, réparées et augmentées par le soin des empereurs Zénon et Justinien, elle forma avec son territoire, pendant tout le Moyen âge, une enclave byzantine au milieu du pays scythe et slave. Héritière des privilèges conférés par Dioclétien et Constantin à Chersonesos, Cherson garda jusqu'au IXe siècle une grande indépendance à l'égard de l'empire : véritable ville libre, elle était administrée par un prince (proteuwon), assisté d'un conseil de sénateurs. En 833, l'empereur Théophile envoya un stratège à Cherson, et désormais la ville forma avec son territoire un thème byzantin. Toutefois, les Chersonésiens demeurèrent plutôt les vassaux que les sujets de l'empire. 

Vedette avancée de Byzance du côté du Nord, Cherson rendait à l'empire de nombreux services; station principale de la flotte impériale dans le Pont, elle était le point de départ de toutes les expéditions, de toutes les négociations, de toutes les relations commerciales qui mettaient Byzance en contact avec les Petchenègues, les Khazares (Les Turkmèness), les Russes. C'est là que les ambassadeurs faisaient halte pour prendre langue avant de s'engager sur la terre dite barbare, là que Cyrille et Méthode s'arrêtaient avant d'aller évangéliser les Khazares, là que se centralisait le commerce de Byzance avec le Nord, auquel les Petchenègues servaient d'intermédiaire. Les vaisseaux de Cherson parcouraient toute la mer Noire; sa prospérité et sa richesse étaient considérables. 

Cependant, en 987, la ville fut livrée par trahison au prince russe Vladimir, qui voulut y recevoir le baptême; mais, devenu chrétien, et ayant épousé la princesse Anne, soeur de Basile II, il rendit la cité aux Byzantins, après l'avoir, au préalable, dépouillée de ses reliques et de ses vases sacrés, qu'il emporta à Kiev. Sous la dynastie des Comnène, Cherson demeura byzantine, et passa au XIIIe siècle sous l'autorité des empereurs de Trébizonde; mais dès ce moment sa prospérité commerciale diminuait. La splendeur de la colonie génoise de Caffa fut pour Cherson le coup de grâce. Au XVIe siècle, des ruines considérables d'aqueducs, de murailles, de palais et de tours attestaient son ancienne grandeur : mais elle était vide d'habitants. La conquête de la Crimée par les Russes dispersa ces ruines mêmes : ce qui restait de Cherson servit à bâtir Sébastopol.

Cherson fut un des ateliers monétaires de l'empire d'Orient : treize empereurs, depuis Justinien Ier jusqu'à Basile II, y ont fait frapper monnaie. Elle était siège d'un archevêché et possédait le privilège d'autocéphalie. Enfin Cherson servait de lieu d'exil pour les personnages marquants de l'empire. Le pape Martin Ier en 654, le césar Nicéphore en 776 y furent déportés. L'empereur Justinien II, détrôné en 693, y fut exilé; et quand il fut remonté sur le trône, il se vengea cruellement de la cité criméenne, qui avait refusé de l'aider à reconquérir sa couronne. (Ch. Diehl).

.


Dictionnaire Villes et monuments
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2007. - Reproduction interdite.