.
-

Charax

Charax (Géographie ancienne). - Nom de plusieurs villes grecques, dont l'origine était un camp retranché. Elles se trouvent surtout dans la région de l'Asie colonisée par les Grecs; après Charax Spasinou, la plus célèbre (ci-dessous), on en peut citer en Médie, en Arménie, en Choarène, près des Portes Caspiennes; en Phrygie, près de Célènes, sur le golfe de Nicomédie; dans la Chersonèse taurique, etc.
Charax Spasinou (La ville de Hyspaosinès). - Pline, Josèphe, Ptolémée, Lucien et les inscriptions anciennes ne séparent jamais ces deux mots, Spasinou-Charax. pour distinguer cette ville des autres du même nom. C'est elle qui a donné son nom à la Characène. Charax était située au fond du golfe Arabo-Persique dans le delta du Tigre, sur une éminence artificielle entre le Tigre et l'Eulaus (mod. Karoum), ou plutôt au confluent de l'Euleus avec un canal (mod. Haffar) partant du Tigre, car l'Eulaeus est un fleuve qui se jette directement dans la mer. Elle était environnée d'ouvrages construits pour la défendre contre les attaques des deux fleuves, mais ces travaux d'art furent insuffisants, car elle fut ruinée à plusieurs reprises par les eaux. Fondée par Alexandre le Grand, qui lui donna le nom d'Alexandrie (Alexandria Characenes), elle fut peuplée avec les habitants d'une autre ville royale appelée Durine, dont l'emplacement est inconnu, et avec les vétérans de l'armée macédonienne (Pline, VI, 31). Un demi-siècle plus tard, cette ville était détruite par la mer et elle fut restaurée en 205 par Antiochus III le Grand, sous le nom d'Antiochia.
Longtemps soumise aux Séleucides, elle fut occupée en 129 av. J.-C. par Hyspaosinès (Spasinès des auteurs) satrape d'Antiochus qui se rendit indépendant et en fit la capitale de son royaume. Il la restaura, éleva de nouvelles digues et exhaussa le terrain sur une longueur de trois mille pas (5 kilomètres). Du temps de Pline, vers 60 de J.-C., Charax était, par suite des alluvions, beaucoup plus éloignée de la mer que lors de sa fondation.

Après la chute des dynasties locales, elle passa sous la domination des Sassanides qui la restaurèrent, y établirent un gouverneur et un atelier monétaire. Elle s'appela alors en pehlvi Karak-Maishan (Karax de Mésène) mais pour les Grecs elle conserva toujours son nom de Spasinou-Charax et c'est sous ce nom (Spasinucara) qu'elle figure dans la Table de Peutinger qui nous donne l'état des connaissances géographiques au IVe siècle de notre ère. Au VIIe siècle, Charax était détruite, c'est Bassorah, fondée en 14 de l'Hégire sur la rive droite du Tigre, qui lui succéda comme port commercial. La ville moderne de Mohammerah est sur l'emplacement de l'ancienne Charax. Charax est le lieu de naissance du géographe grec Isidore de Characène qui vivait sous César, l'auteur des Mansiones parthicae; et d'un autre géographe latin, Denys, contemporain de Pline; on ignore si c'est le même que Denys le Périégète. (E. Drouin).
.


Dictionnaire Villes et monuments
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2007. - Reproduction interdite.