.
-

Caylus

Caylus (Caslucium) est une commune du département du Tarn-et-Garonne (arr. de Montauban), sur le versant d'une colline dominant la rive droite de la Bonnette, petit affluent de l'Aveyron. Population : 1572 habitants (2012).

Caylus a des maisons des XIIIe et XIVe siècles, les restes d'un château (mon. hist.), une église du XIVe siècle dont la construction est attribuée aux Anglais et qui est ornée d'un très beau vitrail. En 1853, on a découvert à Saint-Pierre de Livron des souterrains ou grottes antiques jadis habitées; dans une de ces habitations troglodytiques on trouva des ossements humains et plusieurs vases en terre cuite, de forme grossière et d'une piste micacée et granuleuse. Sur un des causses de Caylus est un gouffre de plus de 50 m.

Le château de Mondésir et quelques châteaux anciens des environs méritent une mention. Des ruines de construction romaine et des vestiges de voie romaine subsistent encore. Du XIIIe au XIVe siècle, cette ville porte le nom de Castlutz (Castellum luxum), puis Caslutz et à partir du XVe siècle Caylutz ou Caylux. Dans la lutte entre Montfort et les Albigeois, puis entre les Français et les Anglais, Caylus, la première des quatre châtellenies quercynoises, a suivi toutes les péripéties du Quercy. Au XVIe siècle, il eut beaucoup à souffrir des Guerres de religion. Le 22 août 1562, le fougueux calviniste Duras l'emporta d'assaut. Pendant le siège de Saint-Antonin, Caylus logea Louis XIII, les 15, 16, 17 mai 1622. 

Dans le vallon de Livron est la chapelle de Notre-Dame de Livron (Beata Maria de Lieurone), remontant au XIe siècle. Elle fut détruite par les Albigeois, puis reconstruite au XIVe siècle. Cette chapelle est située au pied d'une montagne d'où jaillit une source d'eau extrêmement abondante qui a la réputation de guérir les maux d'yeux. Ce lieu est, depuis sept siècles, l'objet de pèlerinages annuels très fréquentés où affluent des milliers de pèlerins. Démolie par les Albigeois au XIIIe siècle, la chapelle de Notre-Dame de Livron fut reconstruite en 1302 par Guillaume de Millars, dont le nom est sur une pierre à l'entrée de l'église, au-dessus du bénitier

Ce sanctuaire était déjà au Moyen âge un lieu de pèlerinage très fréquenté où accouraient les visiteurs, le lundi de Pâques, le 15 août et le 8 septembre; ils y laissaient de riches offrandes que s'appropriaient les consuls de Caylus, en leur qualité de patrons de la chapelle, non sans constater avec amertume qu'au milieu des aumônes trouvées dans le tronc du pardon, se glissaient beaucoup trop de pièces fausses. Saint Louis, Philippe le Bel, Louis XIII visitèrent cet antique sanctuaire. (E. Rébouis).

.


Dictionnaire Villes et monuments
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2007. - Reproduction interdite.