.
-

Le Bec. - Bourg du département de l'Eure, sur la Rille, à 17 kilomètres au Nord-Nord-Est de Bernay, à 43 kilomètres au Nord-Ouest d'Évreux. Il y exista jadis une célèbre abbaye de Bénédictins, fondée en 1077 par Helluin, qui en fut le premier abbé et y eut pour disciples Lanfranc et Anselme de Cantorbéry
Abbaye du Bec-Hellouin. -  Cette abbaye célèbre de l'ancienne Normandie  tira son nom du ruisseau (en saxon beke) près duquel elle fut bâtie, et de Hellouin ou Herluin, seigneur de Bonneville-sur-Bec,  qui la fonda en 1039. Au commencement du XIIIe siècle, Ingelranosse, architecte de l'église Notre-Dame de Rouen, entreprit la reconstruction de l'église, qui fut achevée par Waultier de Meulan : mais l'édifice, deux fois en proie à l'incendie, dut être rebâti vers 1273. Le nouveau monument a été démoli depuis la Révolution, et il ne subsiste maintenant qu'un campanile, qui en était séparé. Quant aux bâtiments conventuels, qui appartiennent à l'architecture de la fin du XVIIe siècle, ils servirent à loger un haras.

L'église du Bec contenait un maître-autel et un jubé dont on attribue le dessin à frère Guillaume de La Tremblaye, qui les fit exécuter sous ses yeux vers 1684 et 1685. Le maître-autel a été transporté dans l'église Sainte-Croix, à Bernay. Il est composé de huit colonnes corinthiennes en marbre rouge, hautes de 4 mètres environ, avec bases et chapiteaux en bronze doré; de chaque côté sont des anges de taille colossale, également dorés : au milieu de l'autel, entre une Sainte Vierge en pierre et un Saint Joseph en bois, peints en blanc pour imiter le marbre, est un Enfant Jésus couché dans la crèche, charmante statue en marbre blanc, attribuée à Puget. Le jubé était également en marbre : la porte, flanquée de deux colonnes semblables à celles du maître-autel, et surmontée d'un fronton orné d'un bas-relief, était fermée par une belle grille en fer; de chaque côté il y avait un autel avec pilastres et deux saints de l'ordre des Bénédictins, chacun sur un piédestal; le tout était couronné d'une balustrade avec un Christ entre la Vierge et Saint Jean. 

Ce jubé se voit aussi à Sainte-Croix, mais fractionné : des colonnes et du fronton de la porte, en a fait un dossier pour le banc-d'oeuvre; les autels ornent deux chapelles, et on en a changé les saints; la balustrade sépare le choeur du sanctuaire. Les statues des douze Apôtres, en pierre, avec robes et manteaux points de couleurs diverses, barbes et cheveux dorés, étaient attachées aux colonnes qui entouraient le choeur de l'église du Bec : elles sont abandonnées aujour d'hui sous le porche de la chapelle du cimetière de Sainte-Croix. Cette église a recueilli enfin de superbes pierres tombales des abbés du Bec, couvertes de dessins au trait, mais qui ont été dépouillées de leurs incrustations.

.


Dictionnaire Villes et monuments
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2006 - 2007. - Reproduction interdite.