.
-

Bamako

Bamako (anc. Bamakou, Bammako) est la capitale du Mali, au Sud du pays, sur le fleuve Niger. Peuplée aujourd'hui (2013) de 1,3 million d'habitants (près de 2 millions si l'on considère l'agglomération), ce n'était encore, au début du XXe siècle qu'un village (situé à 1500 m du grand fleuve) d'environ 1000 à 1100 habitants, mais déjà capitale d'un petit pays, qui comprenait 23 villages et une population de 4000 à 5000 habitants.

La contrée est très accidentée, très arrosée et très boisée. On y trouve des bois de construction, du caoutchouc, de la résine, un peu de gomme, de nombreuses plantes tinctoriales.  Les habitants cultivent traditionnellement le mil et le maïs et se livrent à l'industrie du fer, au travail des peaux, à la confection des étoffes, à la poterie et à la pêche. La culture du coton est plus récente.

Ils appartiennent les uns au groupe sub-saharien des sarakolé, les autres sont issus de tribus maures implantées de longue date dans cette région. Ceux-ci sont musulmans et faisaient autrefois un grand commerce d'esclaves. Mungo Park avait trouvé à Bamako 4 à 5000 habitants. De nombreuses caravanes s'y rendaient alors. A partir de la seconde moitié du XIXe siècle, le commerce  a été ruiné par les guerres continuelles; mais Bamako conserva sa vieille renommée. 

Bamako fut un des objectifs et des points-clés de la colonisation française du Soudan. Mage, puis Gallieni furent chargés d'atteindre ce point représenté comme un marché de haute importance dont les chefs contrebalançaient la puissance du roi de Ségou. Gallieni ne fit qu'y passer (mai 1880). Borgnis-Desbordes imposa le protectorat aux habitants et le 3 février 1883 et fit commencer la construction d'un fort. 

Les Français cherchèrent  à partir de ce moment à détourner vers Médine les caravanes qui allaient jadis au Sierra-Leone par des routes qui étaient désormais fermées. Bamako était alors la résidence d'un commandant de cercle dont dépendaient le Birgo et le petit Bélédougou. Une ligne télégraphique l'unissait à Saint-Louis (Sénégal), d'où un courrier piéton apportait les lettres et d'où l'on pouvait venir en vingt-deux jours quand les bateaux à vapeur pouvaient remonter le  fleuve Sénégal jusqu'à Kayes. 

Le Niger a aussi conféré à Bamako un rôle stratégique au seuil de ce que l'on appelait alors  l'Afrique intérieure; une canonnière fut lancée sur le Niger, en aval de Bamako, et a été en 1885 jusqu'à Diafarabé; en avril 1887 Gallieni en lança une autre qui réussit à atteindre Tombouctou. Les Maures ont en vain appelé en 1882 et 1883 l'Almamy Samory (Samori Touré) qui a été repoussé par les troupes françaises. 

En 1904, le chemin de fer relie la ville à Dakar; en 1927, le pont de Badala est construit sur le Niger. Bamako devint la capitale du Mali en septembre 1960, quand le pays  accéda à l'indépendance. C'est de cette époque que date l'accelleration de son expansion démographique. (L. Delavaud).
-

Plan de Bamako.
Plan de Bamako.
.


Dictionnaire Villes et monuments
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2013. - Reproduction interdite.