.
-

Avant-scène

Avant-scène, Proscenium, désignait, chez les Anciens, toute la partie du théâtre réservée aux acteurs, le plancher en avant de la scène. De nos jours, c'est l'espace compris entre le rideau et l'orchestre, et qui est flanqué de rangs de loges; là se trouvent le trou du souffleur et la rampe (appareil d'éclairage). Cette disposition a été adoptée pour permettre aux acteurs de ne pas rester dans l'espace ouvert entre les coulisses, lequel absorbe la voix, mais de s'avancer plus près des spectateurs et de se faire entendre plus facilement. Il en est résulté une portion de théâtre qui n'est ni la salle ni la scène, et qui a offert constamment aux architectes une très grande difficulté d'arrangement, principalement quand il s'agit d'unir le plafond de l'avant-scène à l'entablement circulaire de la salle. Bien des essais ont été tentés sans que la question ait paru complètement résolue. 

Au XVIIIe siècle, les côtés de l'avant-scène étaient occupés par des sièges que l'on réservait à certains spectateurs privilégiés; en 1759, le comte de Lauraguais donna 24,000 F aux comédiens français pour qu'ils supprimassent ces places, et c'est depuis ce temps que l'avant-scène est libre. 

D'après les lois de l'acoustique, les avant-scènes devraient être construites en bois, et revêtues de matières sonores, propres à réfléchir le son vers le fond de la salle. Mais on a détruit presque entièrement l'effet d'acoustique qu'on avait espéré de la création des avant-scènes, en y pratiquant des loges, dans lesquelles la voix des acteurs vient s'engouffrer, mais que les directeurs veulent maintenir à cause du gain qu'elles leur rapportent. Ces loges, qui permettent d'entrer en relations faciles avec les artistes, sont payées fort cher, malgré les nombreux inconvénients qu'elles présentent, tels que la perte de toute illusion scénique, l'éblouissement et la fatigue produits par les feux de la rampe, etc. Les loges des souverains étaient placées ordinairement à l'avant-scène, parce que cette partie de la salle permet seule de pratiquer une entrée particulière, séparée de celle du public; on les a mises quelquefois au milieu de la salle, en face de la scène. (E. L.).

.


Dictionnaire Architecture, arts plastiques et arts divers
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2013. - Reproduction interdite.