.
-

Assise

Assise (Assisi) est une ville de l'Italie centrale, au Sud-Est de Pérouse, arrosée par un petit affluent du Topino, qui se jette sur la rive gauche du Tibre; environ 27 000 habitants. Cette ville, qui possède encore les ruines d'un temple de Minerve, est surtout célèbre pour avoir donné naissance à saint François, le fondateur de l'ordre des franciscains (XIIIe siècle). La plupart des monuments y sont consacrés à la mémoire de saint François. D'abord, le couvent des Franciscains construit sur la crête d'une colline et appuyé sur de gigantesques soubassement. Le panorama dont on jouit sur la gracieuse vallée d'Assise est parmi les plus charmants de toute cette région accidentée. Les deux églises superposées, spécimens du style gothique italien, sont beaucoup plus curieuses que le couvent. Elles furent construites de 1228 à 1253 par Iacopo d'Alemannia et Fra Filippo de Campello. A partir de 1818, époque où l'on retrouva les ossements de saint François, une crypte souterraine fut ajoutée au-dessous des deux églises (basiliques) qui existaient déjà. Cela fait trois églises superposées. 
-
Eglise d'Assise.
Basiliques supérieure et inférieure de Saint-François, à Assise.

Mais le grand intérêt artistique qui s'attache à Assise consiste dans les fresques remarquables dont sont ornées les deux basiliques. C'est à Assise qu'on peut le mieux juger la révolution accomplie dans l'art par Giotto et son école. Déjà Cimabué avait commencé, dans la plus haute travée du mur de la basilique supérieure, à décrire dans des fresques intéressantes les scènes de la vie de saint François. Giotto y ajouta vingt-huit grandes compositions exécutées de 1296 à 1303; Il avait à peine vingt ans lorsqu'il se mit à l'oeuvre. C'est là qu'il rompit pour la première fois avec la tradition byzantine. Cette vie de saint François était presque contemporaine, mais déjà poétisée par l'imagination populaire :

Il s'inspira naïvement des narrations exquises des Fioretti; il interpréta en peintre la délicieuse légende conservée par saint Bonaventure et, semblable au pieux extatique qui pacifiait les hommes, charmait les femmes, attirait les enfants, conversait avec les oiseaux, il s'adressa comme lui à la nature vivante. La comparaison de ses figures d'un dessin encore hésitant, mais d'une attitude vraie et d'une expression naturelle, avec les figures farouches et conventionnelles des praticiens de la génération antérieure, qui sont visibles encore dans le voisinage explique la surprise et le ravissement de ses contemporains. (Georges Lafenestre). 
Ainsi, le peintre marque ici fortement la trace de son génie par un retour à l'imitation de la nature, non pas cependant qu'il renonce à l'allégorie. Les quatre compositions grandioses dont il décora, quelques années plus tard, la voûte de la basilique inférieure destinée à contenir le tombeau du saint sont de pures allégories. Elles ont pour sujets : le Triomphe de la Chasteté, le Triomphe de la Pauvreté, le Triomphe de l'Obéissance, la Glorification de saint François; mais si la pensée inspiratrice de ces oeuvres est voilée sous des symboles comme les aimaient les contemporains du Giotto, les attitudes des personnages, les physionomies, les détails du vêtement, les échappées de paysage sont copiés sur le vif. Ce sont des pages d'une grande et belle ordonnance, pleines de mouvement, d'aisance et de variété. 
-

Fresque de Giotto dans la Basilique supérieure.

Quelques-uns des meilleurs disciples de Giotto ont continué l'ornementation inachevée par le maître, dans la basilique inférieure : Taddeo Gaddi, Giovanni da Milano et Buffalmaco ont décoré la chapelle de sainte Madeleine et le transept du Sud. Puccio Capanna, autre élève direct de Giotto, se consacra exclusivement à cette oeuvre de décoration; il se maria, se fixa à Assise et y mourut jeune, étant devenu infirme, dit Vasari, pour avoir trop travaillé à la fresque. Avec une très grande entente de la composition décorative, il a orné le transept Nord du Christ flagellé, de la Cène, de la Déposition, de l'Entrée le Jérusalem, de l'Ensevelissement, du Lavement des pieds, de Saint François recevant les stigmates; il a donné à ses figures la foi naïve, l'onction pieuse, la ferveur, si chères plus tard à Fra Angelico. Giottino (1324-1368) ajouta à ces belles oeuvres les pages émouvantes des chapelles de San Niccolo et de saint Antoine de Padoue, qu'il est difficile de juger aujourd'hui, car les premières n'existent plus que par fragments; les autres ont été modernisées au XVIIe siècle. 
-

Eglise d'Assise.
Basilique inférieure de Saint-François, à Assise.

Enfin, du vivant même de Giotto, son émule Simone di Martino (1285-1344) avait composé, dans la chapelle de saint Martin, une suite d'épisodes de la vie de saint Martin. Cette série diffère beaucoup des précédentes par la recherche des beaux vêtements, des joyaux de prix, des attitudes nobles et des expressions délicates des physionomies. Ainsi, Assise est une des plus importantes étapes italiennes pour l'histoire de l'art. On y peut apprécier dans toute sa fraîcheur naïve, par des oeuvres à la fois grandioses et délicates, le génie de Giotto et le talent de ses disciples, et l'on comprend, en admirant les belles compositions murales, pour la plupart fort bien conservées, l'enthousiasme qu'elles excitèrent parmi les contemporains. Assise est aussi le lieu de naissance du poète Métastase. (H. Vast).
-

Italie : Assise.
Assise au petit matin. Au centre la basilique Sainte-Marie-des-Anges (Santa Maria degli Angeli).
Source : The World Factbook.
.


Dictionnaire Villes et monuments
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2006. - Reproduction interdite.