.
-

Argentan

Argentan (Argentonium) est une commune de France, dans le département de l'Orne, sur l'Orne. Population : 16 600 habitants.

Histoire.
Argentan est une ville très ancienne; sous les Romains, elle avait déjà une certaine importance. Au Moyen âge, Argentan faisait partie du pagus Oximensis. Ravagée par les Vikings, cette ville ne reprit quelque importance que vers le milieu du XIe siècle, où elle fut assiégée par le roi de France' Henri Ier, alors en guerre avec Guillaume le Bâtard. Elle fut alors prise et détruite.

Vers 1050, Argentan était relevée de ses ruines et fournissait un contingent assez important pour la conquête de l'Angleterre. Après la mort de Guillaume le Conquérant et au milieu des guerres qui suivirent, Argentan fut plusieurs fois assiégée et prise en 1094 par Robert, avec l'aide du roi de France' Philippe ler. Ce fut un des séjours habituels des rois d'Angleterre, Henri Ier et surtout Henri Il. C'est dans cette ville qu'Henri Il apprit l'excommunication lancée contre lui par Thomas Becket, archevêque de Canterbury, et de là que partirent les quatre chevaliers normands qui assassinèrent ce prélat. 

En 1204, Philippe-Auguste donna Argentan, qu'il avait reconquis, à Henri Clément, maréchal de France. En 1295, Philippe le Bel donna la seigneurie d'Argentan à Mathieu de Montmorency. Pendant la guerre de Cent Ans, les Anglais occupèrent Argentan de 1417 à 1449, et la ville ne fut reprise qu'en 1449 par Danois, après le siège d'Exmes. 

Pendant les Guerres de religion, Argentan fut plusieurs fois pris et repris par les deux partis : en 1563 par Coligny, en 1568 par Montgommery. Lors de la Saint-Barthélemy, le gouverneur d'Argentan, François Rouxel de Médavi, refusa d'obéir aux ordres du roi. En 1573, les protestants prirent de nouveau Argentan, mais en 1574 ils en furent chassés par M. de Matignon. Argentan tint pour la Ligue; mais en 1589, Henri IV n'eut qu'à se présenter devant la ville pour qu'on lui ouvrit les portes. Il confirma les privilèges des bourgeois qui, sous Louis XIII, demandèrent la démolition de leurs remparts. 

Sous la Révolution, Argentan s'associa au mouvement fédéraliste organisé par les Girondins. En 1814, ce fut le quartier général d'un corps prussien. En 1870, Argentan ne fut pas occupée par les troupes allemandesi; elle était comprise dans la zone neutre qui s'étendit, lors de l'armistice, entre Lisieux et le Mans.

Monuments.
Eglise Saint-Germain, commencée en 1410, terminée an commencement du XVIIe siècle. Bien que cette église manque d'unité, l'élégance des voûtes, I'ornementation de sa grande tour (XVIe) et surtout son portail du XVe siècle, en font une des belles églises du département. - Eglise Saint-Martin, construite au XVe siècle; la flèche a été restaurée en 1840; on y remarque des vitraux intéressants. - L'ancien château (XVIe siècle) a été transformé en tribunal de première instance, et la Tour Sainte-Marguerite (XVe siècle) en prison.

Argentan a donné son nom à une dentelle, imitation du point d'Alençon, le point d'Argentan ou bride d'Argentan. (P.-L. Marais). 

.


Dictionnaire Villes et monuments
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2009. - Reproduction interdite.