.
-

Amalfi

Amalfi; Melfia est une ville d'Italie, à 13 kilomètres à l'Ouest-Sud-Ouest de Salerne, sur la mer Tyrrhénienne. Population : 5428 habitants (2012) Archevéché; la cathédrale Saint-André, église du XIe siècle, construite dans le style normand-byzantin, a des portes de bronze célèbres; ancien couvent des capucins, transformé en école navale. 

Une admirable route, achevée en 1852, relie Amalfi à Vetri et à Salerne; elle a été pratiquée à la mine dans le roc; elle passe alternativement sous de longues galeries et sur de hardis viaducs dominant la mer d'une hauteur de 30 m à 160 m. La vue sur tout le golfe de Salerne est des plus imposantes. De loin en loin on aperçoit de lourdes tours carrées construites sous Charles-Quint, qui servaient à repousser les incursions des pirates barbaresques. C'est une des plus belles routes de toute l'Italie.
-

Amalfi.
Amalfi, au pied du mont Cerreto (1315 m).

Histoire.
Les origines de la ville d'Amalfi sont obscures. Il est probable qu'elle n'était pas encore fondée à l'époque romaine, car la Table de Peutinger ne la mentionne pas. Amalfi apparaît après l'invasion des Barbares comme dépendance de l'Empire grec, au VIe siècle. L'activité de son commerce, l'accroissement de sa population lui donnent bientôt une réelle importance. Aussi Amalfli est une des premières cités italiennes qui s'érigent en république, et l'on peut dire qu'elle a donné le signal du réveil de l'esprit municipal en Italie. 

L'on comprend dès lors qu'elle ait pu résister aux Sarrasins, aux princes de Palerme et aux rois normands de Naples. Cependant le roi Roger s'en empara en 1131. Mais sa soumission aux Normands était toute nominale. Amalfi gardait fidèlement ses institutions municipales. Ce fut l'une des villes maritimes de l'Italie qui gagnèrent le plus aux croisades. Elle envoya de nombreuses expéditions en terre sainte. Un hôpital fondé à Jérusalem par les Amalfitains fut l'origine de l'ordre des hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem

Les Pisans saccagèrent Amalfi en 1135 et y trouvèrent un manuscrit des Pandectes de Justinien qui contribua à la renaissance du droit romain en Italie et dans tout l'Occident. Plus tard un certain Flavio Gioja d'Amalfi fabriqua les premières boussoles connues en Europe (1302). Il marqua le nord par une fleur de lys en l'honneur du capétien Charles II, qui était alors roi de Naples. Mais Amalfi ne peut se glorifier de la découverte de la boussole faite en Orient et transmise par les Arabes. 

Depuis le XIIIe siècle la mer a envahi partiellement le port d'Amalfi. La population qui atteignait jusqu'à 50,000 habitants au XIIIe et au XIVe siècle était tombée à 7000 habitants au début du XXe siècle et est encore descendue depuis. (H. Vast).
-

Amalfi (vue rapprochée)..
Une vue rapprochée d'Amalfi. Images : The World Factbook.

La Table d'Amalfi.
D'après les historiens anciens, Amalfi était une ville remarquable, non seulement par son commerce mais encore par ses lois. C'est ainsi que Marin Freccia, qui écrivait au XVIe siècle, prétendait que la loi maritime d'Amalfi, ou Table Amalfitaine, était le code maritime suivi dans tout le royaume de Naples à son époque. Cette assertion avait été mise en doute par les jurisconsultes du commencement du XIXe siècle siècle. Ils doutaient que la République amalfitaine eût eu une loi maritime encore en vigueur en 1750, et complètement disparue depuis. Les uns prétendaient que Freccia avait confondu avec la loi Rhodienne, les autres que la Table d'Amalfi n'était autre que la rédaction des coutumes de Tarni. 

En 1844, le prince d'Ardore, chargé de faire des recherches sur les anciennes institutions d'Amalfi, découvrit à la bibliothèque impériale de Vienne, dans le fonds ayant appartenu au doge Marco Foscarini, un manuscrit qui n'était autre que la fameuse Table d'Amalfi. Ce manuscrit avait pour titre : Capitula et Ordinations curiae maritima; nobilis civitatis Amalfae. Toute controverse cessa alors sur l'existence du code maritime de cette république italienne. 

La Table d'Amalfi contient 66 articles. Le manuscrit découvert par le prince d'Ardore lui assigne comme date l'an 1010, mais il est probable qu'elle a été composée à différentes époques. En effet, tous les articles ne sont pas du même style. Les 23 premiers, sauf le 8e et le 22e écrits en italien, sont en latin barbare. L'article 38 est en latin et tous les autres en vieil italien. On ne pent donc assigner une époque bien certaine à la Table d'Amalfi; il est cependant probable que les derniers articles sont du XIIIe siècle, car ils sont rédigés dans la même langue que les autres coutumes d'Amalfi, lesquelles datent de 1274. La Table d'Amalfi reproduit en partie le droit maritime romain, sauf certaines divergences sur les avaries. (G. Paturet).

.


Dictionnaire Villes et monuments
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2006 - 2012. - Reproduction interdite.