.
-

Abaque

En architecture, on nomme abaque une tablette (figurée en A-B dans la fig. ci-dessous) qui couronne le chapiteau d'une colonne ou d'un pilastre. Elle donne au chapiteau une surface plus large, permettant de recevoir la naissance des arcs ou l'architrave, qu'elle précède immédiatement. L'abaque dut être pendant longtemps l'unique chapiteau. Sa surface servait de transition entre la colonne et ce qu'elle supportait. En effet, son importance est surtout remarquable dans les ordres d'architecture les plus anciens.
-
Abaque.
Abaque de la cathédrale d'Auxerre (XIIIe siècle).

L'abaque, avec un autre membre plus petit appelé l'échine, constitue tout le chapiteau dorique. Plus tard, l'abaque se modifia, se compliqua de moulures et d'ornements de toutes sortes, mais sans cesser de conserver son rôle de couronnement du chapiteau. Dans les ordres corinthien et composite, les quatre faces sont échancrées par un arc de cercle et les angles prennent le nom de cornes. On lui donne souvent le nom de tailloir, à cause des ornements taillés sur ses faces.

L'abaque se retrouve dans l'architecture de tous les temps et de tous les pays. Les chapiteaux égyptiens et asiatiques en étaient souvent pourvus; il est inséparable de tous les chapiteaux grecs et romains; il figure dans les édifices du Moyen âge et les édifices byzantins, où il a même une très grande importance au point de vue de la construction et de la décoration; enfin, on le voit également surmonter les chapiteaux arabes et persans.

.


Dictionnaire Architecture, arts plastiques et arts divers
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2007. - Reproduction interdite.