.
-

Les membres thoraciques

Le membre supérieur ou membre thoracique est constitué par quatre segments qui sont , en allant de la racine du membre à son extrémité libre : 1° l'épaule; 2° le bras; 3° l'avant-bars; 4° la main.

Les os du membre supérieur humain

L'épaule, que l'on désigne encore sous le nom de ceinture scapulaire, rattache au thorax le membre supérieur. Deux os la constitue chez l'humain : la clavicule en avant, et le scapulum ou omoplate en arrière. Le squelette du bras est constitué par un seul os, l'humérus. Dirigé obliquement du haut en bas et un peu de dehors en dedans, l'humérus est un os long, pair et non symétrique, présentant, comme tous les os longs, un corps et deux extrémités, l'une supérieure et l'autre inférieure. L'avant-bras est constitué, chez l'Humain, par deux os disposés parallèlement entre eux dans le sens de la longueur du membre, l'un en dedans, l'autre en dehors. De ces deux os, l'interne a reçu le nom de cubitus. l'externe celui de radius. La main,  quatrième et dernier segment du membre thoracique, est constituée par vingt-sept os. divisés en trois groupes distincts. Tout d'abord, nous trouvons au-dessous de l'avant-bras une double rangée transversale d'os courts, constituant le carpe. Plus bas, s'échappent comme autant de rayons divergents. cinq colonnettes osseuses dirigées verticalement et formant par leur ensemble le métacarpe. A ces cinq colonnes. enfin, s'ajoutent les cinq doigts, comprenant chacun trois pièces osseuses ou phalanges, à l'exception du doigt externe qui n'en possède que deux.

La ceinture scapulaire.
La ceinture des membres thoraciques (membres supérieurs des Humains, membres antérieurs des quadrupèdes) s'appelle la ceinture scapulaire et communément l'épaule. Chez l'Humain, elle diffère un peu du plan typique ses autres Vertébrés en ce sens qu'elle ne comprend que deux pièces, l'omoplate en arrière et la clavicule en avant; la troisième pièce du plan général, qui s'appelle l'os coracoïde manque; elle est représentée par une simple apophyse de l'omoplate, l'apophyse coracoïde.

L'omoplate.
L'omoplate est un os plat avant à peu près la forme d'un triangle rectangle et étendu en arrière sur les côtes; son grand côté est à peu près parallèle à la colonne vertébrale, dont il est séparé d'ailleurs par un intervalle assez large; son côté oblique est en avant et son autre côté droit forme la partie supérieure. Sa surface externe est parcourue transversalement vers le haut par une crête très accentuée, l'épine de l'omoplate, qui se termine en avant par une apophyse très accusée formant la crête saillante de l'épaule et appelée l'acromion. Le bord de l'omoplate présente sous cette apophyse une cavité arrondie et d'ailleurs peu profonde, la cavité glénoïde, dans laquelle s'articule la tête de l'os du bras. Enfin, au-dessus de cette cavité se trouve une autre apophyse recourbée en bec de corbeau, l'apophyse coracoïde (korakos = corbeau), qui représente la troisième pièce constituant la ceinture scapulaire chez ceux des Vertébrés qui l'ont complète.

La clavicule.
La clavicule est un os très allongé et légèrement courbé en forme d'S étiré; elle s'articule d'une part avec la crête de l'épaule ou acromion, d'autre part avec le sommet du sternum.

On considère habituellement que l'omoplate et la clavicule ne forment de chaque côté qu'une demi-ceinture, et que c'est le cercle osseux, constitué par l'ensemble des deux omoplates et les deux clavicules qui forme la ceinture scapulaire. Celle-ci se trouve complètement fermée en avant par l'intermédiaire du sternum, tandis qu'elle est très largement ouverte en arrière, où les deux omoplates s'arrêtent à une assez grande distance l'une de l'autre; des muscles nombreux fixés sur ces dernières leur font subir des déplacements sensibles, mais en avant les deux clavicules les maintiennent toujours au même écartement.

Partie mobile du membre supérieur
La partie mobile du membre supérieur comprend trois régions : le bras, l'avant-bras et la main :

L'humérus.
Le squelette du bras est formé d'un os unique, de forme allongée, appelé l'humérus : son extrémité supérieure est un gros condyle arrondi  et s'articule dans la cavité glénoïde de l'omoplate; son extrémité inférieure, également renflée, porte un condyle articulé avec le radius de l'avant-bras et une sorte de poulie ou trochlée articulée avec la seconde pièce de l'avant-bras, le cubitus. Au-dessus de la trochlée et à sa face antérieure, l'humérus présente la cavité coronoïde , et sur la face postérieure opposée la cavité olécranienne.

Le radius et le cubitus.
Le squelette de l'avant-bras est formé de deux os longs à peu près parallèles et sensiblement de mêmes dimensions : ce sont le radius qui est placé dans le prolongement du pouce, et le cubitus placé dans le prolongement du petit doigt.

Vues en position, le radius et le cubitus n'occupent pas exactement le même niveau : le radius déborde le cubitus à sa partie inférieure, tandis qu'il est débordé par lui à son extrémité supérieure. Toute compensation faite, le cubitus est toujours un peu plus long que le radius. Le cubitus et le radius, réunis à leurs deux extrémités par des articulations mobiles, sont séparés, à leur partie moyenne, par un espace elliptique, connu sous le nom d'espace interosseux. Cet espace est comblé, à l'état frais, par une membrane, dite membrane interosseuse, qui s'étend transversalement du radius au cubitus et unit ainsi les deux os à leur partie moyenne.

L'extrémité supérieure du radius s'articule avec le condyle de l'humérus par un renflement légèrement concave ou cupule à contour circulaire , ce qui lui permet par conséquent de tourner librement à droite et à gauche, ou bien encore d'effectuer des mouvements de flexion en avant. Son extrémité inférieure est articulée de son côté avec deux des os du poignet, le scaphoïde et le semi-lunaire.

L'extrémité supérieure du cubitus porte une gorge très creuse qui embrasse la trochlée de l'humérus et qui est limitée par deux saillies une antérieure, l'apophyse coronoïde (koronos = corne recourbée) qui vient buter dans la cavité coronoïde de l'humérus lors des mouvements de flexion de l'avant-bras; une postérieure très développée, l'olécrâne, qui forme la saillie du coude et qui vient buter dans la cavité olécranienne de l'humérus où elle sert de cran d'arrêt lorsque l'avant-bras se met en extension dans le prolongement du bras. Ainsi articulé, le cubitus ne peut effectuer que des mouvements de flexion ou d'extension, mouvements qui sont encore limités en avant par son apophyse coronoïde, en arrière par son apophyse olécranienne. Son extrémité inférieure s'arrête au voisinage immédiat de celle du radius, mais n'a aucun rapport avec les osselets du poignet.

Il résulte de ces modes d'articulation, que dans les mouvements de flexion ou d'extension de l'avant-bras, le cubitus et le radius se déplacent l'un et l'autre au coude, le radius entraînant en même temps la main par l'intermédiaire des deux osselets du poignet avec l'esquels il est articulé. Dans les mouvements de rotation, au contraire, le radius seul tourne au coude en entraînant encore la main, et se met en croix avec le cubitus qui reste fixe.

Les os de la main.
Le squelette de la main comprend trois parties : le poignet ou carpe, la paume ou métacarpe et les doigts formés d'os successifs ou phalanges. 

Le carpe. - Le carpe est formé de huit petits os courts, disposés sur deux rangées. 
Le métacarpe. - Le métacarpe constitue le squelette de la paume de la main; il comprend cinq os longs, les os métacarpiens, qui sont placés chacun dans le prolongement d'un doigt et qui, comme tous les os longs, sont légèrement renflés à-leurs extrémités .

Les doigts. - Enfin, chacun des cinq doigts, à l'exception du pouce, comprend trois os ou phalanges de taille successivement décroissante : la phalange, la phalangine et la phalangette sur laquelle l'ongle est fixé. Le pouce manque de phalangette. 

La caractéristique de la main, c'est que le pouce est opposable à tous les autres doigts et peut former avec chacun d'eux une sorte de pince capable de saisir les objets. Ce qui fait dire que les extrémités des membres supérieurs sont différenciées en organes de préhension.

La première rangée des os du carpe comprend de dehors en dedans  : le scaphoïde, le semi-lunaire, le pyramidal et le pisiforme (os sésamoïde). La seconde rangée comprend le trapèze, le trapézoïde, le grand os et l'os crochu. C'est avec le scaphoïde et le semi-lunaire de la première rangée que s'articule le radius. 

Les membres thoraciques des oiseaux. les ailes

Les membres antérieurs ou thoraciques des Oiseaux sont adaptés pour le vol et comprennent deux parties comme ceux des autres Vertébrés ; une ceinture scapulaire fixe et une partie mobile.

La ceinture scapulaire est complète et se compose d'une omoplate, d'une clavicule et d'un coracoïde. L'omoplate est en forme de lame de sabre, placée sur les côtes, parallèlement à la colonne vertébrale; les deux clavicules viennent s'attacher l'une à l'autre en avant, sur la ligne médiane du corps, et forment ce qu'on appelle la fourchette; enfin les deux coracoïdes s'étendent de l'omoplate au sternum, en arrière de la fourchette, et contribuent dans une large mesure à maintenir ce dernier dans une position fixe.

La partie mobile forme l'aile et comprend suivant la règle générale : 

1° le bras avec un humérus qui, au repos, se tient horizontal, dirigé d'avant en arrière; 

2° l'avant-bras, avec radius et cubitus au repos, il est également horizontal et revient d'arrière en avant; 

3° la main, qui comprend seulement deux os carpiens rudimentaires, deux métacarpiens allongés et trois doigts rudimentaires : le premier est formé d'une seule phalange située assez loin de l'extrémité de l'aile, au voisinage du carpe : le second possède deux phalanges faisant suite à l'un des métacarpiens ; enfin le troisième qui continue l'autre métacarpien et n'est formé que d'une seule phalange. Ils correspondent respectivement aux 2e, 3e et 4e doigts du plan typique.

Ils sont complètement enveloppés par la chair et transformés en une sorte de baguette rectiligne, le long de laquelle s'insère la rangée des rémiges primaires; pendant le vol, l'aile est abaissée par le plus puissant des muscles du corps, le grand pectoral inséré sur le sternum et l'humérus : elle est relevée par le petit pectoral inséré également sur le sternum et sur le côté dorsal de l'humérus.

Les premiers Oiseaux (Archaeopteryx du Jurassique) possédaient au contraire trois doigts libres terminés par des griffes : le quatrième seul était couvert de plumes. L'aile des Oiseaux actuels, avec sa tige terminale unique. paraît constituer un éventail mieux spécialisé pour le vol.

Cependant quelques Oiseaux se servent de leurs membres antérieurs comme de rames : tels sont les Plongeons et les Manchots, qui sont tous d'excellents nageurs : le squelette de leurs membres est formé des pièces normales, mais celles-ci sont larges et aplaties : chez les Manchots. elles sont recouvertes de plumes extrêmement courtes et serrées, ayant tout à fait l'aspect d'écailles.

L'Apteryx de la Nouvelle-Zélande a des ailes presques nulles, cachées sous les plumes qui sont fines et ressemblent beaucoup plus à des poils allongés. (Pizon).

.


Dictionnaire Les mots du vivant
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005 - 2011. - Reproduction interdite.