.
-

La médecine et son histoire
Bibliographie générale
-
François Boustani, La circulation du sang, entre Orient et Occident, l'histoire d'une découverte.
Philippe Rey, 2007
9782848760971

À l'image de l'histoire des sciences, celle de la circulation sanguine est le fruit de siècles de tâtonnements, d'avancées, de transmissions et parfois de reculs. Un long cheminement dans lequel se chevauchent trois chaînes de savoirs, trois espaces historiques, géographiques, culturels et linguistiques, en un mot trois mondes : la Grèce Antique, le monde arabo-musulman et la chrétienté latine d'Occident.

D'Alcméon de Crotone, le Grec qui distingue veine et artère au VIe siècle av. J.C., au britannique William Harvey qui découvre la grande circulation sanguine au XVIIe siècle, en passant, au IIe siècle, par les thèses du gréco-romain Galien, erronées mais longtemps influentes et adoptées par l'Église de Rome, l'ouvrage retrace cette histoire scientifique et médicale, qui est aussi et surtout histoire des idées et des civilisations. L'auteur illustre d'ailleurs l'importance fondamentale des échanges entre « mondes » : ainsi, si la science latine a pu exister c'est notamment grâce aux savoirs grecs que les Arabes ont traduits, enrichis puis transmis par le sud de l'Europe...

La circulation du sang, le corps et ses mystères, sont bien évidemment autant de sujets brûlants pour les religions et on comprend bien ici les interférences, les rapports entre Églises et science, qui expliquent - avec la vision scolastique de la recherche du savoir, alors dominante - la relative stérilité de la recherche entre XIIe et XVIe siècle. Pourtant, de Paris à Padoue, la science se libère peu à peu de la théologie : André Vésale révolutionne la dissection et donc les conclusions qu'on peut en tirer, Michel Servet décrit la petite circulation sanguine.

Viennent alors les découvertes du siècle des Lumières - de Morgagni, Vieussens, Sénac - et les avancées considérables du XIXe et du XXe siècle - avec Corvisart, Marey - que cet ouvrage présente également, terminant cette épopée scientifique et médicale par la présentation du service de cardiologie d'un hôpital parisien.

Un ouvrage captivant qui met en lumière les contributions successives de civilisations différentes aux avancées de la cardiologie, science à laquelle l'homme moderne doit une grande part de sa longévité. (couv.).



Thierry Janssen, La maladie a-t-elle un sens? enquête au-delà des croyances, Fayard, 2008.
9782213634852
La maladie a-t-elle un sens? La question est essentielle. Car, nous le savons tous, il est fondamental de pouvoir attribuer un sens aux événements de notre existence. En particulier lorsque le chaos provoqué par la maladie oblige à trouver un nouvel équilibre. Or la médecine moderne accorde peu de place à la question du sens ; elle soigne les corps en négligeant le vécu et les croyances des malades. Du coup, de nombreux patients cherchent des réponses ailleurs, dans des best-sellers qui proposent de « décoder » la signification de leurs symptômes ou auprès de thérapeutes sensibilisés au lien psychosomatique. Véritables « donneurs de sens », certains de ces praticiens vont jusqu'à affirmer une origine psychologique pour toutes les pathologies, et de plus en plus de malades espèrent obtenir la guérison par la seule compréhension des causes émotionnelles supposées avoir déclenché leur problème de santé. Face à l'émergence de cette pensée magique, Thierry Janssen nous propose une réflexion transdisciplinaire, nourrie par l'anthropologie, l'ethnologie, la sociologie, la psychologie, la biologie, la médecine et la philosophie. Fort de sa double formation - médico-chirurgicale et psychologique -, il nous offre un livre passionnant construit en trois parties, chacune constituée de trois chapitres qui se lisent comme une enquête très documentée et pourtant facile d'accès pour un public non averti. Né d'une réflexion à propos du chaos individuel causé par la maladie, le livre se termine par une dédicace... à l'harmonie collective. En lien avec la pensée de chercheurs comme Georges Canguilhem ou Henri Laborit, l'auteur y aborde la pathologie comme une manifestation de la santé. La question du sens quitte le domaine intime pour être posée à l'ensemble de la communauté humaine. Et la réflexion proposée par Thierry Janssen annonce une nouvelle manière de penser la médecine. En situant son enquête au-delà des croyances, l'auteur touche à l'universel ; il nous rappelle l'essentiel de ce qui fait notre humanité. (couv.).
Bernard Debré, Dictionnaire amoureux de la médecine, Plon, 2008. 

La médecine et la religion ont longtemps dormi dans le même lit. Le divorce fut sans merci! Réduire l'homme à un ensemble de mécanismes n'expliquera jamais l'étincelle de la vie. La science moderne rapproche à nouveau le savoir de l'imaginaire religieux. Mais tandis que la médecine réalise des miracles, les maladies prospèrent, nous rappelant la fragilité de la condition humaine. En même temps, nous savons que le progrès scientifique ne peut s'arrêter, indissociable qu'il est de l'évolution de l'homme. De "A" comme Acharnement thérapeutique ou comme ADN, à "Z" comme Zellweger (syndrome de), Bernard Debré nous raconte l'histoire d'une médecine sans cesse en devenir. (couv.).



Catherine Allamel-Raffin, Alain Leplège, Histoire de la médecine, Dunod, 2008.

Cet ouvrage dresse une présentation synthétique de l'histoire de la médecine. Il pourra ainsi être utile aux étudiants et satisfaire la curiosité du grand public. L'évolution des sciences médicales est non seulement une affaire de chronologie, mais aussi une histoire complexe au carrefour des sciences, de la philosophie et de la sociologie. Cet ouvrage propose ainsi deux grandes parties : tout d'abord, une histoire chronologique de la médecine scientifique destinée à fournir au lecteur les principaux repères temporels concernant les principales découvertes, les évolutions des grandes théories médicales ainsi que les méthodologies de recherche. Ensuite, quatre études de cas qui croisent les différentes perspectives et qui permettent d'analyser plus en détail l'élaboration des connaissances scientifiques en soulignant les logiques et les processus mis en oeuvre par les médecins et les chercheurs. (couv.).



Rony Brauman, La médecine humanitaire, PUF (QSJ), 2010.
2130578233
Qu'est-ce que la médecine humanitaire? Celle qui sadresse à des populations marginalisées, éprouvées par une crise ou privées d'accès aux soins. Celle qui sexerce sans autre objectif que de se rendre utile. Tout membre d'une organisation oeuvrant dans ce domaine se reconnaîtra sans doute dans cette définition. Mais au-delà de ces principes essentiels et partagés, les situations sur le terrain conduisent à interroger les enjeux, les limites, les contraintes politiques, les paradoxes, les développements possibles de cette médecine. Car, plus que dans l'acte, ce sont les situations qui font la spécificité de la médecine humanitaire et que Rony Brauman nous invite à comprendre. (couv.).


Philippe Meyer, Le mythe de jouvence, Odile Jacob, 2005.
-

La médecine est-elle en passe de donner réalité au plus vieux rêve de l'homme, le rêve de jouvence? Et ses progrès actuels ne risquent-ils pas de prolonger une vieillesse que nous n'aurons pas su aménager, onéreuse et triste, de rompre les équilibres moraux et financiers de la société? 

A l'heure où notre système de protection sociale est menacé, ce livre d'alerte se veut aussi un livre d'espoir : des solutions existent;

Philippe Meyer indique les nouvelles règles qui permettront de concilier progrès médical, maîtrise des coûts et accès de tous à une vieillesse heureuse. Un nouvel équilibre est à inventer, dont l'une des clefs est le développement de la recherche. (couv.).



A. Hautval, Médecine et crimes contre l'humanité, Le Félin, 2006.


Donatien Mallet, La médecine entre science et existence, Vuibert, 2007.


 
Hervé Bazin, L'Histoire des vaccinations, John Libbey Eurotext, 2008.

L'histoire des vaccinations constitue une page importante de celle de l'humanité. Avec le développement de l'hygiène, les vaccinations ont, sans aucun doute, été le progrès le plus marquant de la médecine. Pourtant, ce sujet qui a révolutionné la médecine des hommes et des animaux est longtemps resté peu ou très mal exploré. Voici cet oubli réparé grâce à cet ouvrage passionnant qui se lit comme un roman et propose néanmoins une somme d'informations jamais réunies jusqu'alors. Ce livre suscitera, sans aucun doute, un fort intérêt de la part du grand public autant que de celle des spécialistes. L'Histoire des vaccinations comprend cinq parties : La première traite essentiellement de la variole (variolisation puis vaccination jennerienne) et des essais peu connus d'inoculation en médecine humaine (syphilisation...) ou vétérinaire (peste bovine...). Le rôle de Lady Montagu, l'instigatrice de cette surprenante nouveauté, est analysé en détail. Les prises de position pour ou contre ces pratiques nouvelles sont décrites en essayant de traduire l'évolution des mentalités à leur égard. La seconde partie concernant Pasteur est assez (voire très) éloignée des thèses usuelles qu'une étude approfondie des carnets de Pasteur ne retrouve pas. De nombreuses références ont été sélectionnées afin de faire apparaître les acquisitions successives en fonction des résultats d'expérience et l'évolution des concepts du maître. La troisième partie décrit le développement des vaccins après Pasteur, avec les grandes étapes de la connaissance en ce domaine (sérothérapie, anatoxine, BCG, etc.), puis les avancées dues à la biologie moléculaire, mais aussi, celles qui découlent, plus prosaïquement, des techniques de culture, d'inactivation des virus, etc. Enfin, un glossaire décrit le sens de nombreux mots et leur évolution, comme ceux d'immunité ou de vaccin et les théories qui se dissimulent derrière, surtout avant, pendant et après l'ère pastorienne. De courtes biographies des personnages les plus marquants complètent l'ensemble. Une bibliographie abondante et un index achèvent cet ouvrage. L'évolution de la vaccinologie humaine et vétérinaire est remise dans son contexte. Les problèmes moraux soulevés par l'emploi des vaccins sont abordés, avec parfois de curieuses ressemblances avec des situations actuelles. (couv.).



Jean-Claude Ameisen, Une histoire de la médecine, Editions de la Martinière, 2010.
2732441163


Cl. Chastel, Petite histoire de la médecine, Ellipses-Marketing, 2004.


Daniel Malicier, Les grands médecins légistes, Eska, 2010.
2747217671
La Médecine Légale est un trait d'union entre le Droit et la Médecine. De tout temps, le médecin légiste a eu pour mission d'éclairer la justice et les citoyens sur l'existence ou non de faits délictuels ou de faits criminels. L'examen d'une femme enceinte de même que l'examen d une victime supposée de violences sexuelles, ont toujours été confiés au médecin légiste. Ce dernier, chargé de rétablir la vérité sur des faits, bien souvent contestés, est avant tout un praticien à l'écoute d'une victime, victime vivante ou membre de la famille d'une personne disparue. Ce livre a eu pour objectif principal de montrer quelles ont été les grandes figures de l'histoire de la Médecine Légale Française. Parmi ces grandes figures, trois noms ont indiscutablement émergé et sont définitivement passés dans la postérité : le Professeur Alexandre Lacassagne, le Docteur Edmond Locard et le Professeur Louis Roche. Tous les grands centres hospitalo-universitaires de France ont ainsi eu parmi leurs prédécesseurs, des gens illustres tels que Simonin, Dérobert, Piédelièvre, Tardieu, Brouardel. Il faut savoir rendre hommage à ces personnages qui ont su défendre la vérité scientifique et l'humanisme médical à des époques où la démocratie n'était pas toujours réelle. (couv.). 
Jean-Francois Picard, La métamorphose de la médecine, PUF, 2009.
9782130574835
Dans un siècle marqué par deux guerres mondiales qui ont laissé la France exsangue et par des découvertes décisives en recherche biologique, le monde médical, confortablement installé dans ses croyances et pratiques ancestrales, a connu une véritable révolution, à partir des années 1950, entamée notamment par quelques grands cliniciens  "éclairés". Cest à cette aventure que nous convient les auteurs de cet ouvrage, résultat dun travail exhaustif d'analyse d'archives, éclairé par les témoignages de grandes personnalités, médecins praticiens et chercheurs. L'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) a été au coeur des grands événements qui ont marqué cette métamorphose. (couv.).


Anne Fagot-Largeault, Médecine et philosophie, PUF, 2010.
2130516424
L'engagement médical implique toute une philosophie. Une métaphysique, parce que la médecine trouve sa raison d'être dans le constat de la réalité des maux qui affligent les vivants. Une épistémologie, parce qu'une connaissance du normal et du pathologique est la nécessaire condition dune lutte intelligente contre ces maux. Des dilemmes moraux, parce que cette lutte associe la recherche du bien des malades individuels, le respect de leur autonomie, et la prise en compte de l'intérêt collectif. C'est cette philosophie de l'acte médical que les essais ici réunis pour la première fois entreprennent dexpliciter, en abordant notamment les défis méthodologiques et éthiques de cet art, tout armé de technologies, et au carrefour de multiples sciences, qu'est la médecine. 

L'auteur, philosophe et médecin, expose avec rigueur et clarté les stratégies utilisées par la recherche médicale pour détecter, identifier et classer les éléments pathogènes (étiologie des affections, logique de l'inférence diagnostique, recherche épidémiologique), les procédures employées pour évaluer les coûts et bénéfices des interventions thérapeutiques (notion de qualité de vie), et les problèmes moraux soulevés par la mise à disposition de services de santé (procréation médicalement assistée, suivie de la grossesse). De cette lecture, on sort convaincu que la sagesse médicale tient à un fragile équilibre entre dévouement à ceux qui souffrent, rationalité incluant l'acceptation du risque, et lucidité sur les limites de nos connaissances. (couv.).



Josette Dall'ava-Santucci, Des sorcières aux mandarines, histoire des femmes médecins, Calman-Lévy, 2004.


Régis Bertet, Petite histoire de la médecine, L'Harmattan, 2005.
-

Que pensait-on de la médecine dans la Rome antique et qu'elle était la place du médecin dans la société? Quels remèdes trouvait-on dans les dictionnaires médicaux du Moyen Âge? Comment utilisait-on l'aspirine sans le savoir et pourquoi la découverte d'un grand nombre de médicaments modernes fut rocambolesque? Se faire opérer de la cataracte ou d'un caillou des voies urinaires remonte à la nuit des temps. C'est à travers l'anecdote et le quotidien que Régis Bertet propose au lecteur un parcours à travers l'histoire de la médecine. Il démontre qu'humour et rigueur peuvent faire bon ménage au service d'une vision humaniste de la médecine. (couv.).

.


[Histoire politique][Biographies][Cartothèque]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004 - 2011. - Reproduction interdite.