.
-

Les Marabouts
Les Marabouts ou Argalas (Leptoptilos Less. ou Argala Hodgs.) sont des oiseaux  de très grande taille de la famille de Ciconiidés, qui habitent l'Afrique tropicale, l'Inde et les îles de la Sonde et qui ont de grandes affinités avec les Cigognes,  tout en ayant une physionomie particulière et des mieux caractérisées. Leur tête en effet n'est garnie que de plumes duveteuses et très clairsemées; leur cou, presque entièrement dénudé, est déformé antérieurement par un goitre énorme, produit par une dilatation de l'oesophage et pendant comme un sac sur le devant de la poitrine quand l'oiseau est au repos. Leur bec, à la surface rugueuse et aux angles accusés, est très épais et quadrangulaire à la base et se termine en pointe aiguë, de manière à constituer une arme formidable. 
-
Marabouts cigognes.
Marabouts cigognes (Leptoptilos crumeniferus). Source : The World Factbook.

On distingue trois espèces de Marabouts, à savoir : 

Le Marabout ou Cigogne à sac de l'Afrique tropicale (Leptoptilos crumeniferus Cuv.) qui porte un manteau, une sorte de frac d'un vert foncé à reflets métalliques, contrastant avec le blanc pur des parties inférieures du corps; 

Le Marabout du Bengale ou Grand Adjudant (Leptoptilos dubius Gm.) chez lequel les parties supérieures du corps sont d'un noir glacé de gris et de vert, la tête et le cou presque entièrement dénudés et colorés en rouge jaunâtre, avec une sorte de fraise de plumes blanches sur les épaules; 

Le Marabout de Java ou Petit Adjudant (Leptoptilos javanicus Horsf.) qui se trouve aussi dans l'Inde méridionale et qui a le sommet de la tête nu et rugueux, le manteau d'un noir verdâtre rayé et tacheté de blanc.

Leur corps massif repose sur des pattes hautes et robustes; leur queue, de longueur moyenne, est recouverte en dessous par des plumes décomposées, c.-à.-d. dont les barbes sont très espacées et détachées les unes des autres, et leurs ailes sont assez souples et assez puissantes pour porter facilement le poids du corps. 

Contrairement à ce qu'on pourrait supposer, ces oiseaux, d'aspect si lourd et si disgracieux, volent sans effort, battant rarement des ailes et glissant majestueusement dans les airs à la manière des Aigles et des Vautours. Sur le sol, leurs allures sont encore plus graves et plus compassées que celles des Cigognes, et au repos ils se tiennent le cou enfoncé dans les épaules, le bec appliqué contre le jabot.

Sous le rapport de la voracité, les Marabouts ne peuvent être comparés qu'aux Vautours. Brehm vit un jour avec stupéfaction un de ces échassiers, auquel il avait d'un coup de feu cassé les deux ailes et brisé une patte, se jeter avidement, malgré ses affreuses blessures, sur le cadavre d'un oiseau qu'on venait de dépouiller, et avaler de gros morceaux de chair. Le même auteur put constater l'adresse avec laquelle des Marabouts, réunis au nombre d'une douzaine, se livraient à la pêèche dans le Nil Blanc et capturaient de gros Poissons qu'ils engloutissaient tout vivants. Il vit aussi, pendant son séjour à Khartoum, ces grands Echassiers circulant librement dans un abattoir situé aux portes de la ville, ramassant et sollicitant au besoin des débris de viande qu'ils avalaient goulûment.

C'est même, d'après Brehm, en mettant à profit la voracité naturelle des Marabouts qu'on réussit, dans l'Afrique orientale, à les capturer vivants. On leur jette au milieu de débris de viande un os de Mouton amarré à une ficelle solide, et aussitôt qu'ils ont avalé cet hameçon d'un nouveau genre, on les saisit avant qu'ils aient eu le temps de s'en débarrasser en le régurgitant. Au bout de peu de temps les Marabouts s'habituent fort bien à la captivité et ceux que l'on garde dans les jardins zoologiques se montrent généralement très doux, pourvu que l'on satisfasse leur robuste appétit.

Les Marabouts de l'Inde, vulgairement connus sous le nom d'Adjudants (Adjutants), ne sont pas moins familiers que leurs frères africains dans toutes les régions où ils ne sont pas molestés. Il paraît même que dans certains villages on les élève en domesticité afin d'obtenir plus aisément et en plus grande quantité les plumes légères et élégantes qui sont désignées dans le commerce sous le nom de marabouts et qui, comme nous le disions tout à l'heure, ne sont autre chose que les couvertures inférieures de la queue de l'oiseau. (E. Oustalet).

.


Dictionnaire Les mots du vivant
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2012. - Reproduction interdite.