.
-

Les langues > langues amérindiennes
Langues Muskogéennes
Les lanques muskogéennes (muškokian) forment une famille de langues amérindiennes de la région alléghanique et du Sud-Est des Etats-Unis. On y distingue deux groupes principaux : le premier, ou muskogéen septentrional, est composé de la seule langue creek-séminole, avec ses dialectes; le second, ou muskogéen méridional, dans lequel on rencontre l'alabama et le koasati, le chickasaw et le choctaw, le mikasuki et le mitchti (chacun de ces couples présentant d'importantes affinités); on peut aussi ajouté au muskogéen méridional l'appalachee, aujourd'hui disparu.
    
Le creek-séminole (muskogéen septentrional).
Le creek (muscogee, musckohge, maskókî ou mvskoke) est une langue parlée proincipalement aujourd'hui, en Oklahoma (4500 locuteurs) et en Floride (200 locuteurs), par les Muscogee ou Muskohges d'Adair, nommés Muskogulgues par Bartram, et communément Creeks, à cause du  grand nombre de creeks ou petits fleuves et marais que contient le pays où ils vivaient à l'époque de leurs premiers contacts avec les Européens. 

Les Muscogee, venus, de même que les Chaktas, du pays à l'ouest du Mississippi, subjuguèrent un grand nombre de tribus de l'ancienne Floride ou des Etats actuels de Géorgie et d'Alabama, tels que les Apalachees, les Alibamas, les Chacsihoumas, les Oconies, les Oakmulgies, les Pacanas, les Talepousas et autres désignées dans les anciennes relations sous le nom collectif de Floridiens, et s'établirent dans les fertiles vallées comprises dans les Etats d'Alabama et de Géorgie, où ils vécurent dans des villes et des villages, et où une petite fraction de la population existe encore.

Du point de vue linguistique, les Muscogee peuvent être divisés depuis le XVIIIe siècle en deux branches principales : les Creeks proprement dits et les Séminoles, dont le dialecte - le séminole - présente plusieurs variantes. 

Les Creeks proprement dits, ou Creeks Supérieurs, sont les plus nombreux; ils demeuraient dans la partie la plus élevée de l'Alabama, où ils formaient une puissante confédération présidée par un chef appelé Myco; ils étaient agriculteurs. 

Les Séminoles demeuraient dans les plaines traversées par le Flint au Sud-Est de l'Alabama. Cette population a beaucoup souffert dans les défaites éprouvées en se battant contre le général Jakson. Selon Gallatin, la confédération séminole était composée : 

1° des Muscohgee, qui étaient la nation dominante et formaient plus de la moitié de la population;

2° de restes de tribus qui occupaient le pays avant leur arrivée et dont les principales paraissent être les Alibamas de la rivière Mobile et les Seminoles de la Floride Orientale; 

3° des débris de tribus qui habitaient la Géorgie et une partie des Carolines, et même de quelques-unes venues de l'Ouest, dont la principale étaient les Natchez; 

4° d'une colonie de Shawanos, nommés Uches ou Sawennucas. 

Muskogéen méridional.
Alabama-koasati.
L’alabama ou alibamu est une langue en cours d'extinction, qui ne compte plus qu'une centaine de locuteurs, dans l'Etat de l'Alabama. On la parlait autrefois en Oklahoma et elle était apparentée au muklasa et au tuskegee, aujourd'hui disparus.

Le koasati ou coushatta, langue très proche de l'alabama, est parlée par quelques centaines de personnes surtout en Louisiane, au Nord d'Elton, et aussi (une cinquantaine de locuteurs) au Texas, près de Livingston.

L'Apalachee.
L‘apalachee est une langue éteinte au cours du XVIIIe siècle et que l'on parlait au Nord-Ouest de la Floride. 

Le muskogéen occidental.
On range dans ce groupe deux langues étroitement apparentées, le chichacha et le choctaw :

Le chickasaw ou chicacha (quelques centaines de locuteurs, aujourd'hui) est une langue parlée par les Chikkasahs (Chisasas,  Chikasaws ou Chicachas); ils demeuraient autrefois dans la partie septentrionale de l'Etat de Mississippi, et dans l'Etat d'Alabama, et sont établis aujourd'hui autour d'Ada, dans le Sud-Est de l'Oklahoma.

Les Chickasaws, au commencement du XVIIIe siècle, étaient la nation dominante de ces contrées; maintenant, quoique réduits à un moindre nombre, ils vivent avec les Yazoux dans de gros villages du produit de leur agriculture. 

Ses grandes affinités avec le choctaw que l'on parfois même considéré comme un dialecte. Quoique la plupart de ses mots finissent en voyelles, elle est loin d'être douce, à cause de plusieurs sons gutturaux et de l'union du son [il] qu'on y rencontre souvent. La déclinaison s'y fait, comme dans beaucoup d'autres langues amérindiennes, sans flexion; la conjugaison y est très régulière, et l'addition d'un s change le verbe actif en passif; elle n'a pas de prépositions proprement dites, elle les remplace par certaines modifications qu'elle donne aux mots. 

Les Chactki-Oumas, les Oufé-Ogoulas et les Tapousas , qui ne prononcent pas l'r, et qui demeurent le long du Yazoux affluent du Mississippi, les Coroas et les Yazoux, qui le prononcent , parlent , selon du Pretz, le chikkasah, ou pour mieux dire, des dialectes de cette langue, qui paraît avoir la plus grande affinité avec la mobile.

Le mobile (ou mowill) un pidgin, qui était utilisé le long du golfe du Mexique, pour les échanges commerciaux entre tribus à l'époque de l'arrivée des Européens. Le mobile était encore parlé ou pour le moins compris au XIXe siècle par les nations qui demeuraient le long de la côte de la Floride jusqu'au Mississippi, et à l'occident du fleuve par les Paseagolas, les Bolucas, les Appalaches et autres petites nations, outre leurs langues particulières. 
Le choctaw ou chaktah (environ 10 000 locuteurs) est une langue proche du chickasaw et parlée  par les Chaktaks ou Têtes-Plates ( nommés Choktah par Adair et Chactaws ou Choctaws par Lewis et Clark). Devenus célèbres par la touchante fiction d'Atala et les peintures brillantes de Chateaubriand, ils demeuraient alors dans des villes et villages au sud des Chikkasahs dans les Etats de Mississipi et de Louisiane, dans l'Arkansas, et quelques centaines dans l'Etat d'Alabama. Aujourd'hui, ils vivent principalement dans le Mississippi et le Sud-Est de l'Oklahoma.

Le mikasuki et le hitchiti.
Le mikasuki ou mikisúkî, miccosukee est une langue parlée au Sud de la Floride, qui compte environ 500 locuteurs, la plupart Mikasuki, mais aussi des Séminoles. le hitchiti, aujourd'hui éteint, était une langue assez proche du mikasuki pour en être considérée comme un dialecte. On la parlait à l'Ouest de la Georgie.

.


[Histoire culturelle][Grammaire][Littératures]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2015. - Reproduction interdite.