.
-

Les langues > Indo-européen > langues italiques > langues d'oc > gascon
La langue toulousaine
Gascon agenais
Le toulousain ou agenais est un des dialectes occitans issus de la langue d'oc. et que l'on range parmi les dialectes gascons. C'est un des plus gracieux, des plus abondants, des plus harmonieux. A cet égard, il le cède à peine à l'italien. L'étendue de la vallée de la Garonne détermine à peu près les limites géographiques du pays où est parlée cette langue. Ces limites embrassent  non seulement toute la contrée de Toulouse et d'Agen, mais atteignent aussi Bordeaux en s'avançant, au Nord jusqu'à la rive droite de la Dordogne. La langue de Bordeaux, trop mélangée de français, ne peut être considérée comme faisant partie de l'occitan, et doit être classée à part. Mais, que les dialectes de Toulouse et d'Agen soient identiques, c'est ce dont on peut se convaincre en comparant l'élégie de Goudouli (1610) sur l'assassinat de Henri IV avec les poésies de Jasmin. 

Quoique parfaitement entendu dans l'Armagnac et le Béarn, comme le prouvent les séances littéraires très applaudies qu'a tenues autrefois Jasmin à Auch et à Pau, le toulousain se distingue des autres dialectes gascons par certains détails philologiques assez remarquables. Ainsi, par exemple, les mots qui commencent par un f dans le toulousain, sont invariablement remplacés par l'h aspiré, dans la Gers, les Hautes-Pyrénées et Pyrénées-Atlantiques : au lieu de foun (on latin fons) fontaine, fen (faenum ) foin, fenno (femina) femme, fe (focus) feu, etc., on dira houn, hen, henno, huec; ce qui rapproche de l'espagnol la langue de ces départements, et en fait un idiome plus dur et plus guttural que la belle et harmonieuse langue de Jasmin. A mesure, en effet, que l'on se rapproche du pied des Pyrénées, la différence entre l'espagnol et la langue du midi de la France devient de moins en moins sensible. Tous les mots que nous venons d'indiquer prennent également l'h aspiré, sinon toujours dans l'espagnol moderne, au moins dans l'espagnol ancien.

Une autre particularité du dialecte toulousain, c'est que, de toutes les langues d'oc, il est peut-être celui qui renferme le plus de mots grecs. On peut expliquer l'infiltration de ces mots grecs dans cet idiome, soit par les rapports commerciaux des Massiliens avec les Gaulois méridionaux, soit par l'influence des écoles établies par les empereurs romains, avec le concours des municipalités, dans les métropoles d'Agen, Bordeaux, Toulouse, où le grec était enseigné. (E. B.).

.


[Histoire culturelle][Grammaire][Littératures]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2008. - Reproduction interdite.