.
-

Les langues > Indo-européen > langues iraniennes
La langue farsi
Persan moderne
Le persan moderne ou farsi est la principale langue parlée en Iran. C'est une langue indo-européenne, qui appartient à la branche iranienne de cette famille linguistique. Elle fait subir au zend et au pehlvi, dont elle est issue, des altérations notables : par exemple, il en a contracté les voyelles médiales et supprimé les finales, rejetant ainsi la plupart des longues terminaisons de ces deux langues. Sa constitution grammaticale présente des rapports nombreux avec celle du sanscrit, malgré certaines simplifications de formes. Les termes arabes qui s'y sont introduits ont fait perdre une partie de la nomenclature primitive, mais sans modifier notablement les règles de la grammaire et de la syntaxe. Ces termes sont d'autant plus nombreux dans les écrivains qu'on se rapproche davantage de notre époque. 

Le farsi ne distingue pas de genres dans les substantifs et dans les adjectifs. Comme le turc et les langues sémitiques, il peut remplacer par de simples affixes les adjectifs possessifs. La terminaison en est la terminaison ordinaire du pluriel et de l'infinitif, comme en allemand

La grammaire du farsi est extrêmement simple : pas de déclinaison; ce sont des prépositions qui marquent les cas; pas d'article défini. La conjugaison est également simplifiée, beaucoup de temps et de modes étant remplacés par des formes périphrastiques. Un seul temps, le prétérit, est susceptible de prendre des flexions différentes dans des verbes différents; les autres suivent tous une même conjugaison. Dans les temps secondaires de la voix active et dans tous les temps de la voix passive, on emploie un système d'auxiliaires analogue à celui de l'allemand et de l'anglais. Les modes conditionnel ou optatif et subjonctif manquent; on y supplée par l'indicatif accompagné de particules. 

Ainsi que le grec ou l'allemand, le farsi peut former des composés de toute espèce par la simple juxtaposition des radicaux. Il a aussi un nombre considérable d'idiotismes qui se traduisent littéralement en autant d'idiotismes germaniques. La prononciation du farsi est douce et harmonieuse : l'accent, placé d'ordinaire sur la dernière syllabe des mots, peut être suffisamment varié pour ne pas engendrer la monotonie. C'est une langue euphonique, pleine de figures et d'images, éminemment propre à la poésie. Les règles de la versification persane ont été empruntées à l'arabe

Son alphabet (talik ou taalik =  suspendue) est celui de l'arabe, avec quatre lettres en plus : p, tch, j et g (dur). Tandis que  8 lettres arabes qui ne trouvent pas leur place dans les mots de pure origine persane. Comme dans l'écriture arabe, les consonnes seules sont représentées par des lettres. 

 Il y a plusieurs dialectes persans : déri, valaat, gilani, etc., comprenant eux-mêmes des sous-dialectes : dehwar, etc.

.


[Histoire culturelle][Grammaire][Littératures]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2008. - Reproduction interdite.