.
-

Les langues > Indo-européen > langues italiques
La langue osque
L'osque est  une des langues italiques anciennes, parlée dans la péninsule italienne avant la fondation de Rome. Le sabin, le vieux latin et le samnite en étaient des dialectes. Malte-Brun donnait à l'osque une origine ibérienne. Selon Niebuhr, il avait avec l'ombrien une grande affinité, et ce dernier était comme le chaînon intermédiaire qui rattachait l'osque à l'étrusque. Ces théories sont aujourd'hui abandonnées et l'on reconnaît dans l'osque simplement une ancienne langue italique apparentée de très près au latin et qui était la langue vulgaire des peuples osques. L'osque se maintint comme langue littéraire dans le Samnium et la Campanie, au temps même des Romains; les Atellanes étaient écrites en osque. 

L'osque se distingue du latin par les caractères suivants : 

1° Il a conservé les anciennes diphtongues que le latin a remplacées par des voyelles simples. 

2° Il conserve quelquefois un a primitif auquel le latin a substitué un i. Exemple : Anter pour Inter, entre. 

3° L'osque remplace par des p les k primitifs. Il dit pam pour quam. 

4° Devant un t il remplace la gutturale dure par un h. Il dit Ohtavis pour Octavius. 

5°Dans le corps des mots, il remplace le b du latin par un f, de sorte que le latin sibi devient sifei en osque. 

6° L'osque n'est pas attaqué par le rotacisme comme l'a été le latin à partir du milieu du IIIe siècle avant notre ère. 

Les modernes n'ont pu étudier cette langue que sur un petit nombre de textes, par exemple sur le Cippus abellanus, découvert à la fin du XVIIe siècle dans les ruines d'Abella, sur les tes tables de bronze d'Agnone sur la Tabula bantina, qu'on a trouvée en 1793 près de l'emplacement de Bantia (Apulie). Les murs de Pompéi ont aussi fourni quelques inscriptions.
-
Alphabet Osque.
Alphabet osque.

Nous reroduisons ci-dessus l'alphabet osque et nous donnons ci-dessous un fac-similé d'une inscription gravée dans cette langue. 
-

Inscription osque.
Inscription osque.

On remarque que l'osque s'écrivait généralement de droite à gauche. Le fac-similé doit se lire :

V. Aadirans. V. eeitiuvam. paam / vereiiaei. Pompaiianaei. treistaa / mentud. deded, eeisak. eeitiuvad. / V. Vieinikieis. Mr. kveisstur. Pomp / aiians. treieibom. ekak. komben / nieeis. tanginud opsannam deded, eiseidum. profatted.
Il se traduirait en latin de la manière suivante :
V(ibius) Adiranus, V(ibii filius) pecuniam quam / eivitati Pompeianae testamento / dedit, hâc pecunia. / V(ibius) Vinicius M. (aronis) (filius), quaestor Pompeianus / porticum nanc senatus /  decreto operandam  / dédit, idem probavit.
 C'est-à-dire : 
Avec l'argent que Vibius Adiranus, fils de Vibius, a donné par testament à la ville de Pompéi, avec cet argent Vibius Vinicius, fils de Maron, questeur de Pompéi, a donné d'après un décret du Sénat ce portique à construire, le même l'a accepté. 
.


[Histoire culturelle][Grammaire][Littératures]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2008. - Reproduction interdite.