.
-

Les langues > langues amérindiennes > langues algonkines
La langue massachusett
Le massachusett (Massa-adchu-es-et = à ou vers la grande colline; De Massa=grande, wadehu = colline ou montagne, es=petit», et , terme locatif; le nom se réfère à aux Collines bleues de Milton), aussi appelé Wampanoag ou Natick, est une langue algonkine aujourd'hui éteinte. 

La langue massachusset est très riche en formes grammaticales. Il n'a pas de verbe substantif, et manque de moyens pour distinguer les genres et les cas; mais il en possède pour marquer les différents nombres, les degrés de comparaison et une foule de rapports entre le sujet et l'attribut par des modifications qu'il donne aux verbes. Il forme le mode interrogatif par des affixes elle intercalle la négation comme le turc, le hongrois et d'autres langues, et elle place les prépositions après leurs régimes.

Elliot a publié, en  1666, une grammaire du massachusett, et traduit la Bible dans cette langue. 

Bien que les Indiens Algonkins du Massachusetts, le Connecticut et le Rhode Island, pris dans leur ensemble, aient formé un groupe peu homogène, mais il y avait des différences linguistiques qui semblent justifier les doutes de De Forest (Indians Conn., 1853) à propos de l'affirmation de Gookin selon laquelle les langues se ressemblaent assez  pour que que les gens des tribus différentes puissent facilement se comprendre. Cependant, une grande proximité pouvait bien exister entre certaines de ces langues, ainsi les Massachusetts, plus étroitement liés aux Narraganset qu'à  toute autre des tribu environnantes, avaient des langues assez proches pour que l'intercomprréhension fût possible.
Les Massachusetts.
Les Massachusetts ont été une tribu algonkinne importante, qui occupait le pays de la de la baie du Massachusetts dans l'Est du Massachusetts, le territoire revendiqué s'étendaitt le long de la côte nord de Plymouth à Salem et même, peut-être, jusqu'à la Merrimac,et comprenait aussi l'ensemble du bassin des rivières Neponset et Charles. 

Le groupe devrait peut-être être décrit comme une confédération plutôt que comme une tribu, car il semble avoir inclus plusieurs composantes. Johnson décrit le groupe comme ayant anciennement « trois royaumes ou sagamoriat  ayant sous eux sept duchés ou petits sagamos ». Ils semblent avoir tenu une place importante parmi les tribus du Sud de la Nouvelle-Angleterre avant l'arrivée des Blancs. Ils ont pu disposer de 3000 guerriers, mais il est plus probable que la population totale ne dépassait pas de beaucoup ce nombre. 

Le capitaine John Smith (1614) mentionne 11 de leurs villages sur la côte et dit qu'ils avaient plus de 20. Affaiblis par la guerre avec les Tarratine et l'épidémie de 1617, lors de laquelle ils ont souffert plus que toute autre tribu, ils avaient perdu toute puissance à l'arrivée, quelques années plus tard, des colons anglais, qui ont trouvé la plupart des villages mentionnés par Smith dépeuplés. En 1631, on en comptait seulement environ 500, et deux années plus tard, ont été encore réduit par la variole, qui emporta leur chef, Chickatabot. Peu de temps après, ils ont été réunis, avec d'autres convertis, dans les villages des « Indiens Prieurs», principalement à Natick, Nonantum et Ponkapog, et ont cessé d'avoir une existence tribale distincte. 

Comme ils ne ont joué aucun rôle important dans les luttes entre les colons et les Indiens, l'intérêt principal qui se attache à eux, est le fait qu'ils possédaient et occupaient le site de Boston et sa banlieue et le territoire environnant lorsque les Blancs d'abord installés là-bas. En 1621, lorsque Standish et son équipage de Plymouth ont visité cette région, ils ont trouvé les Indiens, mais peu nombreux, craintifs, se déplaçant sans cesse pour éviter les attaques de leurs ennemis les Tarratine.

Voici les villages des Indiens Massachusetts  autant qu'on puisse les connaître, certains d'entre eux étant plus ou moins conjecturaux : 

Conohasset, Cowate, Magaehnak, Massachusetts, Mishawum, Mystic (comté de Middlesex), Nahapassumkeck, Nasnocomacack, Natick, Naumkeag (comté d'Essex), Neponset, Nonantum, Patuxet, Pequimmit, Pocapawmet, Punkapog, Sagoquas, Saugus, Seccasaw, Titicut, Topeent, Totant, Totheet, Wessagusset, Winnisimmet et Wonasquam. (JM et CT @ Hodge).
.


[Histoire culturelle][Grammaire][Littératures]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2008 - 2015. - Reproduction interdite.