.
-

Les langues > langues amérindiennes > langues uto-aztèques
La langue aztèque
Nahuatl
L'aztèque est une langue amérindienne, qui fait partie de la famille uto-aztèque. C'est la langue indigène la plus répandue au Mexique. Cette langue, dont le centre est le plateau d'Anahuac, est répandue non seulement dans le Mexique, mais encore au milieu des États de l'Amérique centrale jusqu'au lac de Nicaragua : toutefois, son vaste domaine est coupé et divisé par celui d'autres langues. Cette langue est également désignée par le simple qualificatif de nahuatl ( = clair, sonore). 

Pauvre en éléments phonétiques, elle manque des articulations b, d, f, p, r, s, j, ll, gn; en revanche elle en possède qui reviennent à satiété, notamment t, z, ch, tl, tz; l'articulation l ne se trouve jamais au commencement des mots. La répétition fréquente des syllabes tli, itl, tla, atl, donne de la monotonie et de la rudesse à la prononciation. L'accent prosodique tombe sur la pénultième des polysyllabes. Ces polysyllabes, noms propres ou autres, fort longs et fort nombreux, sont formés par la réunion de plusieurs radicaux significatifs, qu'accompagnent quelquefois des particules explétives. II n'est pas rare d'en trouver de 10 ou  12 syllabes : il paraît cependant que de pareils mots ne se trouvent pas dans la langue parlée, et que ce sont des espèces de définitions par lesquelles les Aztèques traduisaient, sur la demande des missionnaires chrétiens, certaines idées pour lesquelles ils n'avaient jamais eu d'expressions particulières. 

En aztèque, il n'y a pas de genres pour les objets inanimés; le pluriel des noms d'objets inanimés se forme par l'addition du mot mies ( = beaucoup); celui des noms d'êtres animés, ordinairement par la répétition de la syllabe initiale et la terminaison tin. Les quatre premiers noms de nombre servent, par leur combinaison avec ceux qui expriment 5, 10 et 15, à former tous les autres. Les augmentatifs et les diminutifs sont très nombreux. Le comparatif s'exprime à l'aide de particules; il n'y a pas de termes superlatifs. De tout substantif ou adjectif on peut faire un verbe; tout verbe peut à son tour se convertir en substantif au moyen d'une flexion particulière. Les rapports des noms s'expriment, non par des prépositions, mais par des postpositions ou suffixes. Suivant le rang des personnes à qui ou de qui l'on parle, la phrase s'allonge de particules révérencieuses qu'on ajoute aux verbes, aux adverbes et aux noms. 

La langue aztèque a subi, depuis la découverte de l'Amérique, des modifications assez importantes. Dés le XVIe siècle, les Nahuatl ne comprenaient plus les hymnes antiques dont ils accompagnaient leurs danses sacrées. Leur langue a reçu de l'espagnol les prépositions de l'usage le plus ordinaire. (B.).

.


[Histoire culturelle][Grammaire][Littératures]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2008. - Reproduction interdite.