.
-

 
Les interjections
Il est d'un usage à peu près général, dans les grammaires, de considérer l'interjection comme une partie du discours; cet usage vient des grammairiens latins, qui avaient donné le nom d'interjectio (inter = entre, parmi, et jacere = jeter) à un certain nombre d'exclamations que les Grecs considéraient comme des sortes d'adverbes. En réalité, l'interjection n'est pas une partie du discours, car ce n'est pas un mot qui appartienne à une catégorie spéciale. Les mots expriment des idées, et les interjections ne signifient que des sentiments; ou plutôt des émotions : elles sont  comme un cri jeté au milieu du discours, pour exprimer la joie, la douleur, la surprise, la colère, etc. . Elles sont en dehors de la proposition, d'où leur nom. 

On peut diviser les interjections en deux espèces ; les interjections proprement dites, qui sont simplement des cris, comme ah! hé! oh! fi! et les mots qui par leur nature rentrent dans d'autres parties du discours, et sont, par exemple, des substantifs ou des formes verbales, qui perdent leur sens propre et n'expriment plus que des sentiments, comme ciel! tiens! et un grand nombre d'autres qui varient suivant les langues. Il y a aussi des interjections composées, comme holà! hélas! La majeure partie des jurons rentrent dans cette dernière catégorie. Quant aux adverbes qui semblent être des interjections, comme bien! ferme! ils restent toujours dans leur rôle d'adverbes, et modifient une proposition sous-entendue ou précédemment exprimée. 
-

Les principales interjections sont :
Ah! 
Aïe! 
Bah!
Bast!
Chut! 
Crac!
Eh!
Eh bien! 
Fi!
Fi donc!
Ha!
Hélas!
Hem! 
Hein!
Hé!
Hé bien! 
Hé quoi!
Ho! 
Holà! 
O!
Oh!
Ouais!
Ouf!
Oui-da!
Or çà!
Paf!
Parbleu!
Pouah!
 Pouf!
Zut!

Certains mots ne remplissent qu'accidentellement le rôle d'interjections; tels sont par exemple : Allons! allons donc! arrière! bon! courage! ciel! dame! diantre! gare! miséricorde! paix! peste! quoi! silence! tout beau!

Les interjections n'étant en principe que des cris, on conçoit que beaucoup d'entre elles ne peuvent avoir d'étymologie. Telles sont les suivantes, marquant la douleur Ah ! aïe ! eh!

L'interjection dame vient de Domine, et signifie Seigneur, comme le montre l'ancien français dame Dieu! venant de Domine Deus, Seigneur Dieu. On a encore une preuve de cette origine dans le nom vidame, qui veut dire vice-seigneur.

Hélas! est formé de et de l'adjectif las employé dans le sens de malheureux, fatigué. Hélas s'est longtemps écrit en deux mots hé las! Quand c'était une femme qui parlait, l'adjectif las prenait la marque du féminin; on écrivait, par exemple : Hé! lasse, dit-elle, que je suis à plaindre!

Diantre, parbleu, morbleu, etc., sont des euphémismes employés pour diable, et pour par Dieu, mort de Dieu, etc.

Quelques-unes des interjections précédentes comme chut! crac! paf! pouf! sont des onomatopées, c'est-à-dire des mots forgés par imitation de certains sons naturels. On attribuait autrefois un rôle important à l'onomatopée dans la formation des mots; on était dans le faux. L'imagination faisait seule les frais de la plupart de ces prétendues analogies entre le signe et la chose signifiée.

Les interjections sont plus nombreuses dans les langues modernes que dans les langues anciennes. (M. Beaudouin / M.).

.


[Histoire culturelle][Langues][Littérature]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2008 - 2015. - Reproduction interdite.