.
-

Hybride

Hybride (physiologie générale), du grec hybris, union illégitime. - Il existe en botanique et en zoologie plusieurs mots, assez mal définis, pour désigner les produits des croisements d'espèces et de variéts différentes de plantes ou d'animaux; ce sont les mots : métis, mulet et hybride. Isidore Geoffroy Saint-Hilaire  s'est efforcé d'éclairer le sens de ces mots. D'après lui, le mot métis (métif, mestif, mâtin dans le vieux français), s'applique d'une façon générale à tout produit de croisement, soit entre variéts différentes d'une même espèce, soit entre espèces différentes. Le mot hybride, selon le même auteur, désigne habituellement, dans le langage des naturalistes, le produit du croisement de deux espèces, dans l'un et l'autre des règnes organisés. Quant au mot mulet, il n'entraîne pas toujours avec lui l'idée du croisement, mais bien celle de stérilité; ainsi, les neutres des fourmis, des abeilles, reçoivent, souvent le nom de mulets; comme d'ailleurs les produits du croisement de deux espèces sont ordinairement inféconds, on leur a souvent appliqué le nom du mulets. D'après cette terminologie, il y aurait lieu de distinguer parmi les métis, les métis hybrides produits du croisement de deux espèces, et les métis produits de deux variétés d'une même espèce que Geoffroy propose de nommer métis homoïdes (du grec homoeidès, de même espèce). Ces déterminations n'ont pas été adoptées par tous les naturalistes. (G-s.).
Hybrides (botanique) (synonyme de bâtard. Les Latins nommaient imbri, ibri, tous les animaux métis). - On nomme ainsi les plantes qui résultent du croisement entre deux individus d'espèces différentes fécondés l'un par l'autre. L'individu qui provient de ce croisement présente donc des caractères intermédiaires entre les deux qui lui ont servi de père et de mère. 

L'hybridité n'a lieu que très rarement dans la nature : elle est pratiquée journellement en horticulture pour obtenir des variétés de fruits ou de fleurs. Pour cela, les jardiniers placent dans un endroit assez resserré des espaces congénères et laissent les croisements accidentels se produire, ou bien - c'est le moyen le plus efficace - ils portent le pollen de l'une sur le stigmate de l'autre. C'est par cette fécondation qu'un grand nombre de variétés de dahlia, de calcéolaires, de bruyères, etc., ont été obtenues. 

Dans les plantes à l'état sauvage l'hybridité est tout accidentelle et s'est rencontrée chez des plantes dont les espèces différentes vivent souvent ensemble. C'est ainsi qu'on a quelquefois rencontré des hybrides de digitales, de verbascum, de gentianes. 

Jusqu'en 1775, le phénomène de l'hybridation avait été interprété de différentes façons et les exemples donnés à ce sujet étaient pour ainsi dire à côté de la vérité. Ce fut Koelreuter de Karlsruhe qui, le premier (Actes de l'Ac. de Pétershourg et Journ. de phys., t. XXI et XXIII), élucida cette question après avoir fait des expériences minutieuses et relaté scrupuleusement de nombreuses observations. (G-s.).
.


Dictionnaire Les mots du vivant
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005. - Reproduction interdite.