.
-

Béotie, Boeotia. - Contrée de l'ancienne Grèce, avait pour bornes au Nord la Phocide et la Locride à l'Ouest l'Étolie, au Sud-Est l'Attique, et n'était séparée de l'Eubée, au Nord-Est, que par un canal étroit. Thèbes en était la ville principale. La partie septentrionale de la Béotie est froide, âpre, montueuse et peu fertile; la partie méridionale, au contraire, est riche en fruits et en vins, mais l'atmosphère y  est plus lourde. C'est en Béotie qu'on trouvait l'Hélicon, le Cithéron, montagnes si célèbres dans la mythologie grecque. Elle était arrosée par l'Asope, le Permesse et le Céphise, et contenait les deux lacs Copaïs et Hylice. Les Béotiens furent ,d'abord presque tous pasteurs (de là sans doute leur nom : Boôlai = bouviers). Ils avaient, en Grèce, une réputation de stupidité que démentent les grands hommes qui sont nés parmi eux, tels qu'Hésiode, Corinne, Pindare, Épaminondas, Pélopidas, Plutarque, etc. 

La Béotie eut pour premiers habitants dont le nom soit connu les Aones et les Hyantes, et forma d'abord avec l'Attique une seule et même contrée; toutes deux étaient réunies sous le nom commun d'Ogygie ou domaine d'Ogygès. Plus tard, elle eut une existence à part, lorsque, selon les traditions mythologiques, vinrent s'y établir d'abord Cadmus avec des Phéniciens, puis des Minyens . il y eut alors deux villes principales en Béotie : Thèbes et Orchomène, chefs-lieux de deux Etats différents. Orchomène déchut de bonne heure; Thèbes, au contraire, fut longtemps florissante. Elle fut régie par des rois; mais la monarchie y fut abolie au XIIe s., et les villes de la contrée formèrent une ligue dite Pambéotique, à la tête de laquelle étaient dés chefs annuels nommés Béotarques. Platée, Haliarte, Orchomène, Thespies, Tanagre, Anthédon, Coronée, Chéronée, sont les villes les plus importantes de cette confédération. 

Lors des guerres médiques, deux villes de Béotie, Théspies et Platée, se signalèrent par leur dévouement à la cause nationale. Pendant la lutte de Sparte et d'Athènes, les Béotiens secondèrent les projets ambitieux de Sparte. Néanmoins, peu après la prise d'Athènes, les Lacédémoniens vainqueurs soumirent aussi la Béotie, à la suite de la bataille de Coronée (394). Thèbes, la capitale, secoua cependant leur joug (378), et devint un instant la puissance prépondérante; mais son despotisme envers ses alliés souleva une haine générale et amena sa ruine. Par la suite, la Béotie ne joua plus aucun rôle dans l'histoire. La Béotie, sous les Turcs faisait partie de la Livadie.

.


Dictionnaire Territoires et lieux d'Histoire
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2006. - Reproduction interdite.