.
-

Le grésil

Quand au moment de la chute de la neige, il vient à se produire des coups de vent brusques, les flocons neigeux routés les uns contre les autres s'agglutinent, se durcissent et prennent en même temps une forme arrondie. Ils constituent alors ce que l'on appelle le grésil

Le grésil est une forme rudimentaire de la grêle, qui n'apparaît jamais en été, au moins dans les climats chauds ou tempérés. Les grains de grésil, peu consistants et blancs à la surface, n'ont que quelques millimètres de diamètre; ils sont parfois arrondis, parfois en pyramides à trois pans; leur structure est cristalline. Ils se produisent toujours à la suite d'un coup de vent. Ce coup de vent mêle et met en contact les menus cristaux de glace et les gouttelettes des nuages en surfusion qui coexistent dans des couches d'air très voisines, un peu au-dessus de la couche isotherme de 0 °C.

Les nuages d'eau surfondue, qui atteignent de grandes épaisseurs en été, ne peuvent occuper, dans la saison froide qu'une couche atmosphérique très mince et très basse : les menus cristaux de glace ne peuvent donc précipiter autour d'eux qu'une très faible quantité d'eau surfondue, ce qui explique leur petitesse en comparaison des grêlons. Une observation de Kaemtz a montré la nécessité du coup de vent dans la genèse du grain de grésil : la neige tombante peut se transformer en corps sphériques ou pyramidaux dès que le vent soufflait par rafales, et reprendre la forme de flocons dès que le vent cesse. 



[La Terre][Cartotheque][Constellations]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2009. - Reproduction interdite.