.
-

Grappe

Grappe (botanique), racemus. - On appelle ainsi un assemblage de fleurs ou de fruits portés sur des pédicelles disposés le long d'un pédoncule commun. Ordinairement pendante, comme dans le faux-ébénier, le sycomore, etc., elle est quelquefois droite comme dans l'érable champêtre et se confond avec l'épi, dont les fleurs du reste sont sessiles

Les grappes constituent un mode d'inflorescences-indéfinies ou axillaires dans laquelle, l'axe primaire est allongé et ne porte lui-même aucune fleur, mais il donne naissance à des axes secondaires florifères ou ramifiés qui présentent à peu près tous un égal allongement. On peut citer trois sortes de grappes :

Grappe proprement dite, inflorescence indéfinie, dont l'axe primaire est allongé, sans fleurs et dont les axes secondaires, à peu près tous d'égale longueur, se terminent chacun par une fleur. Exemples : l'épine-vinette (Berberis vulgaris, Lin.), famille des Berbéridées; le groseillier (Ribes rubrum, Lin.), famille des Grossulariées; 

Panicule, grappe dont les axes secondaires sont tous ou en partie ramifiés en des axes tertiaires qui tantôt portent directement les fleurs, tantôt se ramifient à leur tour. La panicule est ordinairement pyramidale, parce que ses pédoncules inférieurs sont progressivement plus allongés que les supérieurs. Exemples : le marronnier d'Inde (Aesculus hippocastanum, Lin.), famille des Hippocastanées; les avoines (Avena), famille des Graminées; le troène commun (Ligustrum vulgare, Lin.), famille des Oléinées; 

Thyrse, comme la panicule, grappe dont l'axe primaire porte des axes secondaires ramifiés en axes tertiaires, et dont les pédoncules les plus longs sont au milieu, tandis que, dans la panicule, les plus longs sont à la base. Exemple de thyrses : le lilas (syringa vulgaris, Lin.), famille des Oléinées.

.


Dictionnaire Les mots du vivant
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005. - Reproduction interdite.