.
-

Globuline (biochimie). - Le nom de globuline, qui avait été donné par Berzelius à la matière albuminoïde incolore retirée du cristallin, a été généralisé par Hoppe-Seyler et étendu à un certain nombre de matières albuminoïdes se rapprochant de la précédente par leurs propriétés générales. Les globulines sont insolubles dans l'eau, mais peuvent se dissoudre en présence de petites quantités de sels neutres, comme les sels de soude et de potasse (2 à 10% de sel marin); elles forment alors des solutions précipitables lentement par un excès d'eau ou plus rapidement par l'addition des acides les plus faibles comme l'acide carbonique; le précipité obtenu dans ces conditions présente les plus grandes ressemblances avec les albumines coagulées. Les globulines sont très voisines des caséines, mais leurs solutions sont coagulables par la chaleur, tandis que celles de caséine ne le sont pas; en outre, ces dernières ne se dissolvent pas dans l'eau à la faveur de petites quantités de sels. Les globulines les mieux caractérisées sont la myosine ou plasma musculaire, les vitellines animales et végétales, la globuline du sang, la globuline du cristallin; il faut en rapprocher aussi la fibrine du sang.
Globuline du cristallin. - La globuline du cristallin ou cristalline s'obtient en broyant des cristallins de boeuf avec l'eau du mieux avec l'eau salée et précipitant par de l'acide carbonique la liqueur filtrée. C'est, une substance lentement soluble dans l'eau, coagulable à plus haute température que l'albumine; l'alcool la précipite de sa solution; l'ammoniaque et l'acide acétique employés séparément ne donnent aucun trouble dans la solution de globuline, tandis que leur mélange agit autrement. On a trouvé dans la cornée, dans le chyle, dans la lymphe, dans le pus, dans les parois des vaisseaux sanguins, etc., des matières présentant les mêmes réactions que la globuline du cristallin.

Globuline du sang. - La globuline du sang est une matière albuminoïde qui forme la trame incolore et lâche des globules rouges sanguins. Elle a été retirée pour la première fois par Denis du sang d'oiseau. Le sang défibriné est additionné d'une solution de chlorure de sodium au dixième, puis, abandonné à l'air, il devient bientôt épais et assez semblable à un caillot de fibrine, car les globules adhèrent entre eux ; par des lavages répétés à l'eau on enlève à la masse la matière colorante et la nucléine des noyaux; il ne reste plus que la globuline. Elle forme une masse blanche, molle, translucide, constitue des granulations soudées entre elles; l'eau ne la dissout pas, mais une solution salée au dixième la gonfle et la rend visqueuse. Les alcalis et leurs carbonates contractent la globuline visqueuse; l'eau bouillante la coagule. Exposée à l'air, elle s'altère lentement en perdant la propriété de reprendre sa viscosité dans l'eau salée. La globuline du sang humain est plus altérable que celle du sang d'oiseau ; le sel marin la dissout partiellement et laisse un résidu visqueux. (C. M.).

.


Dictionnaire Les mots du vivant
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005. - Reproduction interdite.