.
-

Le givre

En hiver, par un temps plus ou moins calme, il arrive que tous les objets froids se couvrent d'une gaine d'eau solide, en cristaux blancs et opaques, qui fait penser à de fins madrépores. C'est l'aspect le plus connu du givre : il ne peut naturellement se présenter que quand l'air ambiant est au-dessous de 0°C. Le brouillard, au-dessus de 0 °C, peut mouiller, mais ne givre pas. Le moindre changement de température transforme l'un dans l'autre ces deux phénomènes : à l'altitude du Puy-de-Dôme, le givre survient avec tous les nuages qui mouillent, dès que la température descend au-dessous de 0°C, ne fût-ce que de quelques dixièmes de degré. Le passage de l'état gazeux à l'état solide ne se fait pas directement, mais la période de transition - l'état liquide - dure si peu, qu'elle est impossible à constater. Dans les montagnes, surtout par les grands vents, le givre prend l'aspect d'une masse à peu près amorphe, granuleuse, blanchâtre et dure. Comme le mouvement de l'air amène constamment sur le même point de nouvelles masses, l'épaisseur du givre, bien supérieure à ce qu'elle est dans la plaine, peut atteindre 0,50 m autour d'un fil télégraphique, et 1 m autour d'une échelle ou d'un mat d'observatoire.

Voici l'explication que l'on peut donner de la formation du givre : toute gouttelette d'eau, si elle se produit par condensation de vapeur au-dessous de 0°C, est nécessairement en surfusion. Dans cet état, si elle rencontre une aspérité, elle s'y dépose sous la forme d'un cristal microscopique de glace, imprégné ou recouvert d'eau liquide à 0°C. Celle-ci, en contact incessant avec un air plus froid qu'elle, doit forcément finir par se congeler; dans les montagnes, l'évaporation sous le passage rapide de certaines couches d'air aussi froides, mais moins saturées que les autres, ne peut qu'aider beaucoup à la congélation. Entre temps, des nouvelles couches d'air saturé apportent un nouveau dépôt, et ainsi de suite. La pression exercée par un vent dont la vitesse dépasse facilement, à l'altitude du Puy-de-Dôme, 30 à 40 m par seconde, explique la consistance plus ferme du givre des montagnes. (E. D.-G.).



[La Terre][Cartotheque][Constellations]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2009. - Reproduction interdite.