.
-

Genou (anatomie), en latin genu. - On appelle ainsi cette partie du membre inférieur formée par la jonction de la cuisse avec la jambe. En avant le genou forme une saillie due principalement à la présence de la rotule; en arrière se trouve le creux du jarret, en latin poples, d'autant plus profond que la flexion est plus grande et à peine marquée dans l'extension complète. Cet enfoncement est limité de chaque côté par la saillie des muscles. Dans la flexion complète, on distingue très bien sur la face antérieure du genou, la forme de la rotule, la partie antérieure des condyles du fémur, dont la poulie se découvre dans cette position; sur les côtés on aperçoit les saillies formées par les tuberosités de ces condyles, au-dessous desquelles on trouve celles du tibia et en dehors la tête du péroné. On remarque encore trois saillies musculaires, l'une formée par l'attache des muscles extenseurs de la jambe à la rotule, une autre par celle du grand adducteur à la tubérosité interne du fémur, la troisième par celle de l'aponévrose-crurale à la tubérosité externe. Chez les enfants, le genou est généralement plus volumineux que chez les adultes, à cause de la grosseur des extrémités osseuses dans le premier âge.

L'articulation du genou (fémoro-tibiale) résulte du contact des condyles du fémur avec les cavités superficielles de l'extrémité supérieure du tibia et la face postérieure de la rotule, qui est unie au tibia par un fort ligament. Des cartilages épais, surtout vers le centre des surfaces, existent-sur le fémur et le tibia; celui de la rotule est plus mince. Les moyens d'union et de mouve ment de cette articulation sont  : deux fibro-cartilages inter-articulaires nommés semi-lunaires à cause de leur forme, deux ligaments latéraux s'attachant d'une part aux tubérosités des condyles du fémur, d'autre part l'interne à la face interne du tibia, l'externe à la tête du péroné; un ligament, postérieur, sorte de membrane fibreuse allant des condyles du fémur aux tubérosités du tibia et à la tête du péroné; deux ligaments croisés situés profondément entre les os; ils s'attachent d'une part dans l'échancrure qui est entre les condyles du fémur, d'autre part dans l'intervalle des cavités articulaires du tibia, en se croisant obliquement; ils sont très forts et composés de fibres parallèles; enfin une membrane synoviale très étendue; de plus le ligament rotulien dont il a été question. Cette articulation est un ginglyme angulaire. Sa solidité est très grande surtout dans le sous-transversal.

.


Dictionnaire Les mots du vivant
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005. - Reproduction interdite.