.
-

Le fleuve Fraser
Le Fraser, long de 1370 km, jalonné de cluses grandioses, est le plus grand fleuve de la Colombie Britannique (ouest du Canada). Son bassin est de 220 000 km².  Il naît, entre les monts Columbia et Robson, dans le lac Tête Jaune (Yellow Head) ou Buse de vache (Cow Dung), sur le revers occidental de ces montagnes de la Tête Jaune qui versent de l'autre côté les premiers ruisseaux de l'Athabasca. 

Il coule d'abord au nord-ouest, dans une vallée parallèle à l'axe des Montagnes Rocheuses, puis, après avoir dépassé le 54e degré de latitude Nord dans la direction du nord, il se replie par un angle brusque, pour suivre en sens inverse une autre faille du sol, qui s'est produite dans le sens du nord au sud. C'est vers cet angle que plusieurs des hauts affluents se réunissent au Fraser : la rivière de l'Ours (Bear river), la rivière des Saules (Willow river), le North Fraser, et la plus considérable de toutes, la Nakosla ou Stuart river, qui vient des montagnes du nord-ouest et qu'alimentent des lacs nombreux, tous disposés en longues nappes, vals inondés qui se combleront peu à peu.

Il est à remarquer que le Fraser, dont la ramure est comparable à celle d'un arbre à branchage étalé, mais sans pointe terminale, reçoit dans son cours supérieur des affluents convergents qui lui viennent du sud-est et de l'est, du nord-ouest, de l'ouest et du sud-ouest. Du nord ne lui descendent pas de tributaires, mais c'est précisément de ce côté que coule en sens inverse une des hautes branches du Mackenzie, dite la «-rivières des Panais » ou Parsnip river. La faille terrestre occupée par les deux cours d'eau est la même fissure, mais inclinée suivant deux petites contraires appartenant à deux bassins différents.

Au sud de son grand méandre, le Fraser, coulant désormais presque en ligne droite vers le midi, jusque dans le voisinage de la mer, reçoit de l'ouest la Blackwater, rivière aux eaux foncées par l'acide humique des pentes moussues, puis dle l'est un autre affluent plus considérable, la Quesnel, issue du lac tortueux du même nom. Plus bas vient à l'ouest le confluent de la rivière Chilcotin, qui s'épanche d'un lac voisin du Bute inlet, remplissant une crevasse parallèle. 

Dans cette partie de son cours, le Fraser, très encaissé, coule à une grande profondeur entre les montagnes, et en divers endroits il est impossible de suivre les bords; pour remonter ou descendre la vallée, il faut escalader les promontoires au-dessus du fleuve ou même franchir des cols latéraux. C'est ainsi qu'au débouché d'un petit lac situé à l'ouest du Fraser, le lac Seton, la route pratiquée autrefois se détournait vers l'ouest pour remonter d'étage lacustre en étage lacustre jusqu'à la mare du « Sommet » (Summit lake), d'où l'on redescendait au sud vers le bas Fraser par une autre ligne de lacs en partie navigables. Le réservoir du sommet, dont l'altitude est d'environ 550 mètres, s'épanche dans le Fraser par un double versant.

Dans la dernière parie de son cours, le Fraser reçoint encore la Bridge et la Thompson et d'autres rivières lacustres, se jette dans les alluvions qui ont remplacé un fjord de la chaîne des Cascades et se perd dans le détroit de Géorgie, tout près de la ville de Vanbcouver et vis-a-vis l'île de Vancouver. (E. Reclus).

.


[La Terre][Cartotheque][Etats et territoires][Histoire politique]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2018. - Reproduction interdite.