.
-

Fibroïne (chimie). - Lorsqu'on traite successivement la soie par l'eau, l'alcool, l'éther et l'acide acétique bouillant, il reste un résidu qui a reçu le nom de fibroïne. Ce résidu, qui représente environ la moitié de la matière première, présente la même apparence que la soie, mais il est plus tendre, plus souple et moins résistant. A chaud, il se boursoufle, brûle avec une flamme bleuâtre, en répandant une odeur de corne brûlée, et en laissant un charbon qui renferme une notable quantité de sels, notamment de phosphates. 

La fibroïne est insoluble dans l'eau, soluble, comme le coton, dans le réactif de Schweizer; la solution n'est précipitée ni par le sucre, ni par les sels neutres, mais seulement par les acides étendus. Avec l'acide sulfurique, elle donne un liquide brun clair, visqueux, précipitable par le tanin; les solutions chlorhydrique et azotique sont précipitées par les alcalis ; à chaud, la dernière engendre de l'acide oxalique. 

La fibroïne ne se dissout pas dans les lessives alcalines étendues, mais seulement dans les alcalis caustiques, en donnant des solutés précipitables par l'acide sulfurique étendu ; elle est insoluble dans l'ammoniaque et dans les carbonates alcalins ; la potasse en fusion donne surtout de l'acide oxalique. Elle se rapproche par sa composition de la gélatine. (Ed. B.).

.


Dictionnaire Les mots du vivant
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005. - Reproduction interdite.