.
-

Equivoque, sophisme qui consiste à employer le même mot dans des acceptions différentes. C'est un artifice à l'usage de la chicane, de l'intérêt ou de la passion. Rousseau use de l'équivoque pour attaquer Molière
On pourrait dire qu'il a joué dans Alceste non la vertu mais un véritable défaut, qui est la haine des hommes. A cela je réponds qu'il n'est pas vrai qu'il ait donné cette haine à son personnage : il ne faut pas que ce nom de Misanthrope en impose, comme si celui qui le porte étaitennemi du genre humain. Une pareille haine ne serait pas un défaut, mais une dépravation de la nature et le plus grand de tous les vices. Le vrai Misanthrope est un monstre. S'il pouvait exister, il ne ferait pas rire; il ferait horreur.
Dans la première partie de ce passage, Rousseau comprend la misanthropie d'Alceste comme tout le monde avec Molière; c'est un travers, et rien de plus. Mais ensuite il prend le mot dans un sens absolu; la misanthropie devient un vice, une monstruosité. L'équivoque est l'arme des sophistes. Platon, dans son Euthydème, dévoile cet artifice, et en indique le remède, qui est de définir et de préciser le sens des termes. (H. D.).
.


Dictionnaire Idées et méthodes
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.