.
-

Encens

On désigne en botanique sous le nom d'encens plusieurs substances de nature résineuse ou gommo-résineuse, qui ont pour caractère commun de répandre une odeur agréable quand on les brûle. La plus intéressante est l'encens indien, appelé aussi encens mâle ou oliban, qui provient d'un arbrisseau de la famille des burséracées, dont le nom scientifique est Boswellia carteri. Cette espèce est originaire d'Ethiopie, mais elle ne parvenait jadis qu'indirectement en Europe, après être passée par l'Inde, ce qui l'a fait rapporter par erreur à une espèce de cette région, boswellia serrata. Cette gomme-résine se présente généralement sous forme de petites boules sèches, blanches en dedans, jaunâtres et poudreuses à l'extérieur; leur saveur est légèrement âcre, amère et aromatique. 

L'odeur balsamique que répand cette substance quand on la brûle l'a fait employer depuis longtemps dans les cérémonies religieuses, et elle est devenue l'emblème de l'hommage rendu à la divinité. L'encens entre dans la composition du baume du Commandeur, de la thériaque, des pilules de cynoglosse et de l'emplâtre de Vigo. L'encens est souvent falsifié avec de la sandaraque, du mastic, de la résine de pin ou d'autres substances analogues; il donne alors une fumée d'une odeur moins agréable.

L'encens femelle ou en sorte, appelé aussi encens d'Arabie, est produit surtout par une espèce de genévrier (Juniperus lycia); il est moins estimé que l'encens indien. On appelle écorce d'encens, écorce des Juifs, narcaphte, etc., la seconde écorce des Juniperus lycia et thurifera; cette écorce â une odeur agréable; les juifs s'en sont souvent servis dans les cérémonies religieuses. On appelle manne d'encens les parcelles qui résultent du frottement des morceaux, et suie d'encens un résidu de la combustion de cette substance, assez analogue au noir de fumée.

On a désigné sous le nom de gros encens ou encens commun le suc résineux qui découle de la tige de diverses espèces de pins.

L'encens était brûlé par la plupart des peuples orientaux en l'honneur de leurs divinités; les Hébreux eux-mêmes l'offrirent à Yahveh sur l'autel des Parfums. Tertullien rapporte, dans son Apologétique, que l'encens était employé par les chrétiens des premiers temps comme un moyen de purifier l'air des lieux souterrains où ils célébraient leurs cérémonies religieuses.

.


Dictionnaire Les mots du vivant
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2006. - Reproduction interdite.