.
-

Histoire de l'Espagne / Histoire du Portugal
Les Cortès
Parlements espagnol et portugais
On appelle Cortès, en Espagne et au Portugal, les assemblées législatives ou parlements.

En Espagne, les cortès sont nées de très anciennes assemblées représentatives appelées conciles, et dont l'institution remontait aux Wisigoths. Ces corps représentatifs, qui ont pris plus tard le nom de cortès, et dont l'évolution aboutit au parlement espagnol actuel, ont subi de nombreuses vicissitudes. Aussi longtemps que l'Espagne ne fut pas unifiée, mais morcelée en un certain nombre d'États, il y eut des cortès spéciales à chacun d'eux. D'une manière générale, on peut comparer les anciennes cortès espagnoles à ce qu'étaient, dans l'ancienne France, les états généraux; autrement dit, c'étaient des assemblées assez irrégulièrement constituées, auxquelles les souverains ne recouraient guère que selon leur bon plaisir. C'est ainsi que, sous la domination des Bourbons d'Espagne, les cortès furent traitées exactement par la royauté comme l'étaient les états généraux par les Bourbons de France : elles étaient très rarement convoquées, et presque uniquement en vue de donner plus d'éclat au couronnement des souverains. 

Lors de l'établissement de la domination française en Espagne, en 1808, Napoléon Ier fit revivre l'institution des cortès, qui se mourait. Il convoqua, à Bayonne, une junte nationale, qui proclama la royauté de Joseph Bonaparte, et élabora une constitution nouvelle. Plus tard, les cortès, réunies à Cadix, votèrent la fameuse constitution démocratique de 1812, qui établissait une Chambre unique. En 1814, lors de la Restauration, l'institution des cortès disparut avec le rétablissement du pouvoir absolu. Mais, en 1820, Ferdinand VII fut obligé de reconnaître cette même constitution de 1812, qu'il avait abrogée. A partir de cette époque, la composition et le caractère des cortès varièrent selon les alternatives du régime conservateur ou du régime libéral, et cela jusqu'à la constitution du 30 juin 1876, qui donna aux cortès leur forme moderne.

Aujourd'hui, les Cortès générales (Las Cortes Generales) composées par le Sénat (Senado), qui comprend 259 sièges; 208 membres élus directement par le suffrage populaire et 51 désignés par les parlements régionaux; le mandat est de 4 an; et le Confgrès des députés (Congreso de los Diputados), qui compte 350 sièges. Chacune de 50 provinces électorales élit au moins deux députés; les enclaves africaines de Ceuta et de Melilla procurent un député; les 248 autres membres sont répartis selon une représentation proportionnelle basée des listes bloquées  et issue sur le vote populaire . Le mandat dure 4 ans.

Au Portugal, l'origine des cortès remonte aussi à l'institution de la royauté; elles y ont subi un développement à peu près analogue à celui des cortès espagnoles. Elles comprennaient au temps de la monarchie deux Chambres : celle des pairs, composée de membres à vie et de membres héréditaires nommés par le roi, sans détermination de nombre; et celle des députés, élective et temporaire. 

Aujourd'hui, il n'existe plus qu'une seule chambre, l'Assemblée de la République (Assembleia da Republica), qui comprend 230 membres tous élus. (NLI)..

.


[Histoire culturelle][Biographies][Sociétés et cultures]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2017. - Reproduction interdite.