.
-

Les corps de Wolff
Découverts par Kaspar Friedrich Wolff, en 1800, chez l'embryon de poulet, les corps de Wolff sont encore appelés reins primordiaux, reins d'Oken, mésonéphros.

Pendant que le rein précurseur (pronéphros) s'atrophie, on voit se former en arrière de lui une série de canalicules flexueux, à direction transversale, se jetant par une extrémité dans le canal du pronéphros (canal de Wolff) et présentant à l'autre extrémité un glomérule vasculaire, analogue aux corpuscules de Malpighi du rein de l'adulte. L'ensemble de ces canalicules (canalicules wolfiens, canaux segmentaires, néphridies) avec le canal de Wolff, constituent les corps de Wolff. Chaque canalicule présente un segment externe droit, garni à son intérieur d'un épithélium cubique, et un segment interne contourné, recouvert à sa face interne d'un épithélium polyédrique. Le glomérule vasculaire est formé par un peloton de vaisseaux sanguins auquel aboutit une artère afférente venue directement de l'aorte, et une veine efférente représentée par la veine cardinale postérieure. 

Le corps de Wolff se développe aux dépens de la masse intermédiaire du mésoderme (mésocoelome) qui, dans chaque segment situé en arrière du rein cervical ou pronéphros, se transforme en un canalicule (néphrotome, néphridie) dont l'extrémité externe ou superficielle se met en rapport avec le canal de Wolff.

Chez les Vertébrés inférieurs (Sélaciens, Amphibiens), les canalicules sont pourvus d'une lumière d'emblée (néphrocoele) s'ouvrant dans le coelome par un entonnoir cilié (néphrostome, entonnoir segmentaire). Chez les Amniotes, les canalicules sont représentés primitivement par des cordons pleins qui ne se creusent d'une cavité centrale que plus tard et qui perdent de bonne heure leurs connexions avec l'épithélium du coelome. Dès que les canalicules se sont ouverts dans le canal de Wolff, ils se divisent en deux segments, le segment droit et le segment contourné dont nous avons rappelé plus haut l'existence. Puis, dans leur partie moyenne, on les voit pousser une petite vésicule dont la paroi ne tarde pas à s'invaginer en dedans d'elle-même pour emprisonner un glomérule vasculaire (corpuscule de Malpighi) qui pousse contre elle. 

A la suite de ces transformations, le segment des canalicules compris entre le glomérule et le coelome disparait chez les Amniotes, et, dès lors, le corps de Wolff a acquis sa constitution définitive.

Ce corps forme à l'origine, contre la paroi postérieure de l'abdomen, de chaque côté de la colonne vertébrale et du mésentère, une saillie longitudinale striée en travers en forme de peigne, aspect extérieur dû à la constitution segmentaire de l'organe. Cette saillie est connue sous le nom d'éminence uro-génitale, parce qu'elle contient à la fois l'origine des éléments sexuels et d'une partie des organes urinaires

Chez les Sélaciens et les Amphibiens, les corps de Wolff (rein primitif) persistent toute la vie comme reins définitifs. Chez les Amniotes, il disparaissent pour faire place aux reins définitifs (métanéphros). Cependant certaines de leurs parties persistent.

Leurs destinées sont les suivantes : chez l'homme, le canal de Wolff devient le canal de l'épididyme et le canal déférent; chez la femme, le canal de l'époophore et le
canal de Gaertner. Quant aux canalicules, ils se divisent en une région supérieure ou sexuelle et en une région inférieure ou urinaire et donnent, les premiers : cônes efférents de l'épididyme, réseau testiculaire, tubes droits du testicule (homme), canaux efférents de l'époophore, réseau ovarien, tubes droits de l'ovaire (femme), tandis que les canaux de la portion urinaire persistent sous la forme du corps de Giraldès chez l'homme et du parovaire chez le femme.

Chez les Plagiostomes et les Amphibiens, les canalicules du corps de Wolff servent encore, comme cela a lieu pour les néphridies des vers, de spermiductes (canaux de Leydig). Comme d'autre part, le canal de Wolff débute par une invagination de l'épithélium du coelome qui vient s'accoler intimement à l'ectoderme (surface cutanée) pour aboutir au cloaque, on voit de suite combien le corps de Wolff ou mésonéphros se rapproche des canaux segmentaires ou nephridies (canaux excréteurs) des vers. Par une évagination du canal de Wolff, il donne naissance au rein définitif. (Ch. Debierre).

.


Dictionnaire Les mots du vivant
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2012. - Reproduction interdite.