.
-

 
Concision
Concision, qualité de la composition littéraire et du style, consistant à exposer les choses sous une forme brève, ramassée, vive et nerveuse, et la pensée en aussi peu de mots que possible. Comme composition, le Discours sur l'histoire universelle, de Bossuet; les Considérations sur les causes de la grandeur et de la décadence des Romains, de Montesquieu; les Caractères, de La Bruyère, sont des ouvrages concis. La concision, dans un livre, vient de la netteté des idées, de la justesse et de l'étendue du coup d'oeil. Montesquieu, qui avait cette qualité, l'a très bien définie en disant de Tacite
« Il abrège tout, parce qu'il voit tout. » 
Les codes bien faits, et le Code Napoléon en particulier, sont des modèles de concision, surtout pour le style : là, pas un mot de trop, pas un de moins. Il y a plusieurs manières d'être concis en matière de composition littéraire : ainsi, la concision de Montesquieu diffère de celle de Bossuet :

La concision du style doit être accompagnée de la clarté; sans cela elle n'est plus concision, elle est obscurité. La phrase suivante de Bossuet, dans l'Oraison funèbre du prince de Condé (1re partie), est d'une belle concision : 

« Restait cette redoutable infanterie de l'armée d'Espagne, dont les gros bataillons serrés, semblables à autant de tours, mais à des tours qui sauraient réparer leurs brèches, demeuraient inébranlables au milieu de tout le reste en déroute, et lançaient des feux de toutes parts. » 
On ne peut rien retrancher de cette phrase sans en ôter une idée ou une image nécessaire : elle est donc concise dans toute la rigueur du terme. Montesquieu n'est pas moins concis, d'une autre manière, lorsque, pour donner une idée du despotisme, il dit : 
« Quand les sauvages de la Louisiane veulent avoir du fruit, ils coupent l'arbre au pied, et cueillent le fruit. Voilà le gouverne. ment despotique. » (Esprit des lois, V, 13.) 
Les poètes bien inspirés sont souvent concis : ceux de leurs vers restés proverbes ne doivent cette fortune qu'à la concision : jamais un vers médiocre, c.-à-d. d'un tissu mal serré, n'est devenu proverbe, quelque belle qu'ait pu titre la pensée qu'il a voulu exprimer. Voyez quelle concision dans les quelques vers que voici :
Aucun chemin de fleurs ne conduit à la gloire. (La Fontaine).

Ni l'or ni la grandeur ne nous rendent heureux. (Id.).

Et le combat cessa faute de combattants. (P. Corneille).

Le crime fait la honte et non pas l'échafaud. (Th. Corneille).

Déjà de ma faveur on adore le bruit. (Racine).

La critique cet aisée et l'art est difficile (Destouches).

Il ne faut pas confondre la précision avec la concision; ainsi Buffon est précis, parce qu'il ne manque jamais la justesse de l'expression, mais il n'est jamais concis.

Le contraire de la concision se nomme diffusion. (C. D-y.).

.


[Histoire culturelle][Langues][Littérature]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2013. - Reproduction interdite.