.
-

Le ciel de la Terre > La sphère céleste > Les constellations
Le ciel au fil des mois
Le ciel en septembre
aux latitudes boréales moyennes

 

Septembre, c'est le mois de l'équinoxe d'automne, Le Soleil passe alors l'équateur, près de cette étoile Eta de la Vierge, que nous ne pouvons plus voir, déjà disparue, dans ses rayons, et que nous avons signalée plusieurs fois comme voisine du point d'intersection de l'équateur et du plan de l'écliptique. A partir de cette date, le Soleil éclairera mieux l'hémisphère austral de la Terre, descendra jusqu'au tropique du Capricorne et n'enverra plus à notre hémisphère que des rayons très inclinés et pendant de courte durée chaque jour. Ce sera I'hiver. Nous n'en sommes pas encore là. Au moment du passage de la ligne l'astre de Iumière est à égale distance des deux pôles, partage  également sa flamme entre Ies deux hémisphères, et leur fait des nuits égales aux jours. Il se couche vers 18 heures et se lève vers 6 heures le matin.
Cela nous donne de longues heures pour les observations astronomiques

Au Nord, on remarquera que la Grande Ourse a fortement baissé vers l'horizon. Sa ligne générale est presque horizontale, désignant Arcturus qui ne va pas tarder à se coucher, entraînant à sa suite toute la constellation du Bouvier, le tout précédé des Chiens de Chasse et de la Chevelure de Bérénice, déjà noyés dans les brumes de l'horizon : et avec eux ces trois couples de petites étoiles qui sont comme les avancées de la Grande Ourse. Si, comme par le passé, nous prolongeons I'alignement de la Grande Ourse au delà d'Arcturus, nous n'y voyons plus I'Epi (Spica) : Il a disparu, ainsi que la Vierge : mais, si de la Grande Ourse nous redressons la tête en suivant la ligne des deux étoiles du front Alpha et Bêta, nous retrouvons l'immobile Polaire, centre de notre cadran, et nous constatons que la Petite Ourse, l'aiguille de notre horloge céleste, est, maintenant presque horizontale, devant, vers le temps de l'équinoxe d'automne, marquer les trois quarts de la grande heure annuelle.
-

Constellations de septembre (Nord).
Le ciel en septembre au début de la nuit, en direction du Nord; latitude 45° N.

Le Dragon, dont la queue se glisse entre les deux Ourses, a tout à fait franchi le méridien. Sa tête a quitté le zénith et se tord vers l'Ouest, entraînant dans la même direction le pôle de I'écliptique Oméga : d'où il suit que nous allons trouver le zodiaque se relevant vers l'Est. Mais d'abord ce relèvement est précèdé de celui de la Voie lactée, qui revient passer au zénith, comme en janvier, mais avec une autre constellalion qu'alors. En janvier, c'était Persée et Capella; maintenant c'est le Cygne, suivi de près de Céphée, puis de Cassiopée, dont le redressement. nous permet d'y voir, à notre choix, un M ou un W, suivant qu'on penche la tête dans un sens ou dans l'autre. Au-dessous brille Persée, dont l'étoile principale Alpha se relie et l'alignement d'Andromède, allongé vers la droite. Enfin, Capella scintille au-dessus de l'horizon Nord-Est. Et, si nous regardons un peu plus a droite, à l'Est-Nord-Est, nous retrouvons le Bélier et les Pléiades, c'est-à-dire le zodiaque, doint les constellations, il y a quelques mois, se levaient au Sud-Est, et dont le mouvement général suit, comme nous l'avons montré, cette étoile Oméga du Dragon où passe la perpendiculaire élevée sur son plan. Les Pléiades, qui vont de plus en plus s'élever sur notre horizon, et qui sont un des groupements célestes  les plus faciles à reconnaître, ces Pléiades que nous avons tant remarquées l'hiver dernier, confirment, après tant d'autres que nous nous approchons du point de départ et que notre voyage est bien circulaire. EIles nous font pressentir Aldébaran, le Taureau, Orion, le Grand Chien, avec Sirius, toutes les gloires de l'hiver.

Pour aborder le ciel méridional,. où nous n'avons, plus Arcturus et l'Epi, nous nous servirons de l'alignement Persée et Andromède. La tête de celle-ci Alpha est en plein Est et forme l'angle gauche du grand carré de Pégase. Celui-ci, dont les trois étoiles principales tortillent les autres angles du carré, se prolonge vers le midi par d'autres étoiles Dzêta, Thêta, Epsilon, etc., dans les alignements desquelles on a voulu voir la l'orme d'un cheval. Et, par association d'idées, un autre groupement tout petit sur le prolongement a été nomnté le Petit Cheval. Le tout nous conduit au Dauphin, beaucoup plus reconnaissable avec sa grosse tête formée de quatre étoiles en losange et sa petite queue de deux étoiles.

Au-dessous d'Andromède et de Pégase viennent se rejoindre, en leur étoile Alpha, sur le prolongement de la diagonale verticale du carré de l'égal les deux alignements des Poissons, à peine sortis encore de l'horizon et que nous verrons mieux dans leur ensemble en octobre, constellation zodiacale de peu d'éclat par elle-même.

Au-dessous des Poissons, la constellation de la Baleine, dont le corps commence à apparaître sur l'horizon Est, contient la célèbre étoile variable Mira Ceti, laquelle n'est pas encore levée en début de nuit.
-

Constellations de septembre (Sud).
Le ciel en septembre au début de la nuit, en direction du Sud; latitude 45° N.

A l'horizon du sud-est, au-dessous du Verseau, sur le prolongement de Bêta et d'Alpha  de Pégase, une étoile de première grandeur nous apparaît pour la première fois cette année. C'est Fomalhaut, Alpha du Poisson Austral, lequel du reste est tout à faitt indépendant de la constellation des Poissons et s'étend vers la droite. Cette belle étoile est située sous le 30° degré de latitude australe. C'est une des plus méridionales que nous puissions apercevoir depuis les latitudes boréales moyennes. Aussi n'est-elle visible que pendant trois on quatre mois. Elle permet de retrouver le Verseau, peu remarquable par lui-rnême, et qui s'étend entre elle et Pégase. Du Verseau la plus brillaule étoile est Alpha, au-dessous de Thêta de Pégase, et la plus remarquable est Dzêta. la deuxième à gauche d'Alpha, laquelle est double. Le Verseau, en se prolongeant en ligne droite vers le méridien, nous conduit à Alpha et à Bêta du Capricorne, qui sont près de le franchir, et qui se trouvent sur le prolongement des trois principales étoiles de l'Aigle, Altaïr et ses deux ailes, situées un peu au-delà du méridien, assez haut dans le ciel, à droite du Dauphin : Alpha et Bêta du Capricorne se dédoublent à la jumelle.

Altaïr et l'Aigle nous ont ramené sur la Voie lactée, que nous aurions pu aborder par le zénith. Là, le Cygne étale ses ailes et son cou en forme de grande croix, la tête de la croix ou queue du Cygne touchant presque au zénith, avec l'étoile Alpha ou Deneb, le pied de la croix ou du Cygne s'allongeant vers le Sud-Ouest, les bras ou ailes s'étendant à droite et à gauche. Le bec, Bêta ou Albiréo, s'avance jusqu'à mi-distance de Vega de la Lyre et d'Altaïr de l'Aigle, la première venant de franchir le voisinage du zénith avec son parallélogramme de petites étoiles, la seconde venant de franchir le méridien, les ailes étendues, un peu au-dessus de la mi-distance entre le zénith et l'horizon Sud. Entre Albiréo et Altaïr, deux groupes de petites étoiles, le second en ligne droite, ont formé le Renard et la Flèche, en pleine Voie Lactée. Plus bas, toujours sur la Voie Lactée, la partie méridionale de l'Aigle a été nommée Antinoüs (ce n'est plus une constellation). Un groupement plus insignifiant encore, et à peu près invisible à l'oeil nu, au-dessous de Lambda de l'Aigle, a reçu le nom d'Ecu de Sobieski. Il renferme une nébuleuse très étendue, et un amas d'étoiles, qui l'un et l'autre, ne sont accessibles qu'aux télescopes.

Si, de Véga, nous redescendons vers l'Ouest, dans la direction d'Arcturus, nous retrouvons d'abord Hercule, polygone irrégulier de sept étoiles de troisième magnitude, dans lequel on a voulu voir la silhouette d'un homme à genou. L'étoile de l'angle sud-Ouest, Bêta, qui serait le talon, suivie d'une autre, Gamma, qui serait le bout du pied, commence cette sinuosité qui se continue par cinq étoiles du Serpent. A sa droite est la couronne boréale avec sa perle, Gemma. Entre Hercule et la Voie Lactée, s'étale Ophiuchus, le Serpentaire, qui, d'une main formée par les deux étoiles juxtaposées Epsilon et Delta, serre le Serpent, dont la queue se replie autour de lui, le long de la Voie Lactée, et vient frôler l'Aigle.

A l'horizon Sud et au Sud-Ouest, la Voie Lactée bifurque sur les constellations zodiacales du Sagittaire et du Scorpion : le premier, dont les six principales étoiles forment deux groupes, deux angles, Pi, Sigma, Dzêta et Lambda, Delta, Epsilon, sensiblement parallèles; le second, qui mériterait encore mieux le nom de Sagittaire que son voisin, et ou la magnifique Antarès semble tendre l'arc de trois belles étoiles qui se recourbe sur sa droite. Plus à droite, la Balance, autre constellation zodiacale, se couche, à l'Est-Sud-Est, maintenant que le zodiaque se relève à l'Est, et non plus au Nord-Ouest, comme nous l'avons vu faire au gros de l'été aux Gémeaux et au Cancer.

L'alignement zodiacal actuellement présent à nos yeux comprend, en effet, la Balance, le Scorpion, le Sagittaire, le Capricorne, le Verseau et les Poissons. Nous avions, en mars, donné le vers latin qui dénombrait le zodiaque d'alors. C'est le moment de donner le second vers du distique, qu nomme la seconde moitié du grand cercle :

Libraque, Scorpius, Arcitenens, Caper, Amphora, Pisces.
Et déjà Aries, le Bélier, a surgi à l'Est, annonçant le recommencement de tout, et venant se relier au dernier anneau de la chaîne pour en faire une chaîne sans fin, comme le serpent antique, symbole de l'éternité, qui se mordait le bout de la queue en un cercle parfait. (G Armelin).

Principaux objets célestes en évidence pour l'observation en septembre

Dans l'Aigle, observer les étoiles doubles : Altaïr est un groupe optique; 15 est un couple élégant quoiq'un peu écarté; 57 est analogue au précédent. Gamma (Tarazed) est belle sur son fond d'étoiles. A noter également l'amas globulaire NGC 6760 et plusieurs nébuleuses planétaires (faibles) : NGC 6804, NGC 6790 et NGC 6741.

La Flèche contient un petit amas ouvert assez peu dense, M 71, et plusieurs étoiles composées, telles qu'Alpha (Sham) et Dzêta.

L'Ecu de Sobieski correspond à une région particulièrement riche de la Voie Lactée. On peut y observer plusieurs amas ouverts : M 11 (le Canard Sauvage), M 26, etc; ainsi qu'un amas globulaire : NGC 6712.

Le Sagittaire est aussi une constellation qui renferme de nombreuses richesses. Bêta et Nu sont composées de deux étoiles voisines que l'on on les sépare à l'oeil nu. L'étoile 21 correspond davantage à ce que l'on appelle une étoile double : les composantes sont orange et bleu (couple très fin). Il y a dans cette constellation toute une enfilade de nébuleuses diffuses associées à des amas ouverts, qui s'étendent sur fond de Voie Lactée entre le Scorpion et le Serpent. On ne citera ici que les objets de Messier. M 8 (Lagoon), au dessus de Gamma est déjà magnifique à la jumelle; une étoile triple peut se voir dans le même champ. M 21, voisin du précédent est plus étendu, mais moins brillant. Entre les deux, M 21 (Trifide), une autre vedette de la région. Un peu plus haut, M 24, M 18 et M 17 (la nébuleuse Omega). On peut également observer dans le sagittaire plusieurs amas globulaires, parmi lesquels : M 22, M 28, M 54, M 55, M 69, M 70 et M 75. Au Nord-Est d'Upsilon, en direction de l'Aigle, se trouve la Galaxie de Barnard (NGC 6822), galaxie naine irrégulière proche de la nôtre.

Sous le Sagittaire, on peut voir, près de l'horizon la Couronne Australe. Gamma est une étoile double.

Ophiuchus : 36, 70, 67, Rhô, 39; amas globulaires.

La Voie lactée : plages stellifères de Cassiopée, Cassiopée, du Cygne et à l'Aigle (jumelle). Spectacle inimaginable.

Le Petit Renard renferme la nébuleuse planétaire Dumbbell (M 27) et la nébuleuse diffuse associée à un amas ouvert NGC 6823. C'est aussi dans cette constellation qu'on a découvert, en 1967, le premier pulsar (PSR 1937+215).

Examiner l'amas M 13 d'Hercule, et, toujours dans cette constellation, l'étoile rougeâtre et double Alpha, les doubles Kappa, Rhô, 95 et S. 

Dans le Petit Cheval, Gamma, qui rappelle le couple Mizar et Alcor, et Epsilon, triple, tout comme Delta.

Gamma du Dauphin (orange et verte). -  Serpent : Delta, Thêta, Nu.

Capricorne : couples écartés Alpha et Bêta; doubles Rhô et Omicron.

Verseau : Tau, 83 h, Psi-1, 94, et surtout Dzêta.

Pégase : Epsilon, Pi, 1, 3.

Andromède : la belle Gamma; la nébuleuse M 31 (Galaxie d'Andromède). 

Persée : Algol; l'amas double; les doubles Epsilon et Eta.

Cassiopée : Eta, et Iota. - Céphée : Delta, Bêta, Kappa, Xi, Mu.

Mizar, dans la Grande Ourse

Dragon : Nu, Psi, Omicron, Mu. 

Bouvier : Epsilon, Pi, Xi, Mu. 

Couronne Boréale : Dzêta, Sigma.

Polaire, dans la Petite Ourse


Dans les belles soirées sans clair de lune, chercher à reconnaître à l'occident la lumière zodiacale.

Côté étoiles filantes, on peut noter les Piscides d'automne, du 9 septembre au 14 octobre, un essaim très peu actif. (C.F.).



[La Terre][Cartotheque][Etats et territoires][Histoire politique]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2014. - Reproduction interdite.