.
-

Les chondrites

Chondrite - Météorite* pierreuse contenant des chondres. Les Chondrites sont les météorites les plus communes. Elles sont riches en olivine et constituent l'une des deux composantes de la famille des aérolithes, définis ci-dessus. On les fait venir de la région interne de la ceinture principale. Ce sont des météorites pierreuses qui possèdent des chondres. Le degré d'altération de ceux-ci est parfois utilisé pour classer les chondrites. Les chondrites contiennent également des métaux libres (fer et nickel), dont le degré d'oxydation et la proportion peuvent également être utilisés comme critères de classification. C'est à cela que correspondent les divisions suivantes : 
-
Chondrites Ordinaires
Entre 70 et 80 % des météorites qui atteignent la Terre appartiennent à cette catégorie. Les chondrites ordinaires sont toutes riches en olivine, et secondairement en bronzite (une forme de pyroxène) et en plagioclase, et contiennent des métaux libres, moyennement oxydés, et dont les proportions variables sont la base d'un rangement en trois groupes :  
Type H - La proportion de fer (surtout), de nickel et de sulfure de fer (FeS ou troïlite) peut représente entre 12 et 21 % de la masse de ces météorites, correspondent à presque un tiers des chutes.
Type L - Ces météorites, qui représentent un peu plus du tiers des chutes, contiennent entre 5 et 10% de métaux. Le pyroxène y est surtout présent sous la forme d'hypersthène.
Type LL (ou amphotérites) - Faible teneur en fer métallique (2% environ). Outre de la bronzite et de l'olivine, ces météorites contiennent un peu d'oligoclase. Entre 7 et 8% météorites qui tombent sur la Terre sont de ce type.
Chondrites Carbonacées
Les Chondrites Carbonacées ou Carbonées sont celles qui contiennent les métaux les plus oxydés (pratiquement pas de métal libre). Même si leur constituant le plus marquant reste la plagioclase, ces météorites doivent leur nom à ce qu'elles renferment du carbone en proportions notables, éventuellement sous la forme de composés organiques tels que des acides aminés. On trouve aussi dans ces météorites des inclusions riches en calcium et aluminium, appelées CAI (Calcium-Aluminum-rich Inclusions), et dans lesquelles se rencontrent également d'autres éléments réfractaires rares sur Terre comme le titane.

On pense que les Chondrites Carbonacées proviennent de régions externes de la ceinture principale d'astéroïdes, et sont considérées comme des témoins très primitifs de la nébuleuse solaire. On les rattache aux astéroïdes de type C ou D, classes desquelles sont rapprochés également les deux satellites de Mars, Phobos et Deimos, que l'on a parfois désignés comme les source de ces météorites, du fait de leur relative proximité. Les chutes de météorites de ce type ne dépassent pas les 6%. On range ces météorites en 7 groupes :  

CI (Ivuna, Orgueil).
CM (Mighéï, Murchinson).
CO (Ormans).
CV (Vigarano, Allende).
CK (Karounda).
CR (Renazzo).
CH (ALH 85 085).
Chondrites
à Enstatite
Ces météorites, qui sont les chondrites les moins oxydées, représentent seulement 1% à 1,5 % des chutes. Elles contiennent une proportion importante d'éléments réfractaires, et sont supposées venir des régions internes du Système solaire, où elle sont subit l'effet de températures dépassant les 600 °C. Elles se composent principalement de pyroxène et de plagioclase, ainsi que de quartz et de tridymite. Leur phase silicatée est presque entièrement représentée par de l'enstatite (MgSiO3). Deux subdivisions sont couramment reconnues pour ces météorites : 
EH : Haute teneur en fer métallique (jusqu'à 1/3 de la masse).
EL : Faible teneur en fer (moins de de 12%).
Chondrites du Groupe R
Les deux représentants de ce groupe sont la météorite de Rumuruti. et celle de Carlisle Lake. Riches en olivines, pauvres en métal.
Chondrites du Groupe B
Les chondrites du groupe B correspondent à une division récente. Elle réunit les météorites de Bencubbin, de Weatherford, ainsi que HaH 237 et GRO95551. Riches en FeNi.
Lodranites
ou Acapulcoïtes
Les Lodranites ou Acapulcoïtes ne correspondent en fait qu'à deux chutes connues : la météorite d'Acapulco, et celle de Lodran. Leur composition fait une part égale à l'olivine, au pyroxène et aux métaux. On pense qu'elles proviennent du même corps parent. On les classe aussi parfois parmi les sidérolithes.
On mentionnera aussi : les brachinites (Brachina) parfois classées avec les météorites martiennes de type chassignites.

Les météorites dépourvues de chondres sont dites achondrites.

.


Dictionnaire cosmographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.