.
-

 
Le cas
Le cas (du latin casus = chute) est une flexion particulière subie par la désinence des noms et des adjectifs dans certaines langues, selon le rôle qu'ils sont appelés à jouer dans une phrase. Autrement dit, les cas sont les différentes relations grammaticales caractérisées par des formes désinentielles spéciales que les noms ou les prénoms, ainsi que les adjectifs qui s'y rapportent, ont avec les autres mots d'une même phrase. 

Le sanscrit, le grec, le latin, l'allemand, le danois, le suédois, le russe, le polonais, le lituanien, le tchèque, le hongrois, le finnois, le lapon, le mongol, l'arménien, l'arabe ancien, le basque, ont des flexions casuelles ou cas : le français, l'italien, l'espagnol, le portugais, l'anglais, l'hébreu, l'arabe moderne, le copte, le syriaque, le chinois, le tibétain, le birman, le siamois, en sont dépourvus. 

Les cas, dont le nombre varie selon les langues, ont reçu des dénominations qui expriment l'emploi primitif et le rôle fondamental de chacun. Ainsi, le cas qui indique ou nomme le sujet s'est appelé cas nominatif ou direct; celui qui sert à appeler (en latinvocare) se nomme vocatif. Les autres, qui tous expriment des compléments, ont reçu le nom commun de cas obliques; ce sont : 

1° le génitif, marquant surtout, en grec, l'origine (en grec génos), la cause, la matière, etc.; en latin, surtout la propriété, et servant à compléter l'idée exprimée par le mot qui suit ou précède; 

2° le datif, marquant attribution (en latin datio); 

3° l'accusatif, marquant l'objet immédiat, le complément direct d'une action; 

4° l'ablatif, exprimant l'idée de séparation (ablatio), d'origine, de cause, de matière, d'instrument. Ce dernier cas est particulier au latin; le génitif et le datif en tiennent lieu en grec et en allemand

Certaines langues ont d'autres cas, parmi lesquels : l'instrumental, le locatif, le causatif, le circonférentiel et le narratif (les deux derniers sont propres à l'arménien).

Les langues qui ont des cas peuvent se permettre les inversions, puisque la pensée repose sur la terminaison, et non sur la position des mots; elles en tirent plus de grâce et de variété. De plus, n'ayant guère besoin de prépositions, elles ont l'avantage de la brièveté. Mais, eu compensation, les langues dépourvues de cas suivent l'ordre logique des idées, et, par conséquent, sont plus claires et plus favorables à la déduction de la pensée. 

L'origine des cas.
L'origine des cas en tant que formes et fonctions étant antérieure à tous les documents écrits que nous possédons, on ne peut que faire des conjectures sur les conditions de leur naissance. Bopp, Schleicher, Curtius et toute la première école allemande de linguistique croyaient y voir le résultat de la combinaison de thèmes, c.-à.-d. de formes nominales invariables, avec des pronoms démonstratifs qui auraient donné naissance aux finales ou désinences dites casuelles des différents cas. Mais les analyses par lesquelles on a tenté de rendre compte de cette hypothèse sont très peu concluantes, et le principe même de l'agglutination, en vertu duquel les combinaisons dont il s'agit se seraient effectuées, est devenu douteux. Il paraît beaucoup plus vraisemblable que les désinences casuelles ne sont généralement que les variantes multiples d'une même finale diversement altérée par l'évolution phonétique; elles se seraient fixées petit à petit aux fonctions qui leur sont propres, et d'analogie les aurait étendues indéfiniment à toutes les formations nominales et adjectives nouvelles. 

Les désinences casuelles, ou les signes phonétiques des fonctions des cas, ont subi avec le temps des altérations qui en ont réduit le nombre en grec et en latin en identifiant les formes autrefois distinctes de différents cas. C'est ainsi que ces deux langues ont perdu la forme de l'instrumental et du locatif, tandis que le grec a perdu en outre celle de l'ablatif qui s'est confondu, avant l'époque de la fixation grammaticale de cette langue, avec le datif.

Le mouvement phonétique auquel ces réductions sont dues, suspendu pendant toute la durée de la civilisation du monde gréco-romain, reprit son cours à partir du Moyen-âge. Quand les langues dérivées du latin prirent conscience d'elles-mêmes, elles se trouvèrent réduites, au point de vue du système de la déclinaison, à deux seuls cas, le cas sujet et le cas régime. Celui-ci même finit par disparaître à son tour, et la construction dite analytique des langues modernes se substitua par là complètement à la construction dite synthétique des langues anciennes. 

Ce changement si profond, favorisé d'ailleurs par l'extension de l'emploi des prépositions, n'eut d'autres causes que la nécessité créée par la disparition des cas, de remplacer la construction libre d'autrefois dans laquelle le rôle de chaque mot de la phrase était indiqué par sa forme même, par celle d'aujourd'hui où l'absence d'une diversité de forme correspondant à une diversité de fonction oblige à un arrangement réglé d'avance, et en vertu duquel la fonction du mot est déterminée par la place qu'il occupe dans la phrase relativement aux autres mots. Ajoutons que dans toutes les langues d'origine indo-européenne le sort des cas a été le même. Dans celles de ces langues où la déclinaison s'est conservée, comme en allemand, le nombre en est considérablement réduit; et l'anglais, si voisin de l'allemand pour la partie anglo-saxonne du vocabulaire et de la grammaire, n'a gardé que de faibles traces d'un seul cas, le génitif. En résumé, le système casuel est un organisme archaïque du langage qui tend de plus en plus à disparaître de tous les idiomes où il en reste encore des vestiges. (P. Régnaud / P.).

.


[Histoire culturelle][Langues][Littérature]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2008. - Reproduction interdite.