.
-

Azygos (anatomie). - Nom donné à certains organes impairs, ou composés de parties disposées d'une manière asymétrique par rapport à la ligne médiane; mais on l'a réservé plus particulièrement à deux d'entre eux : le muscle azygos de la luette et les veines azygos. 

Le muscle azygos de la luette est formé par la réunion des muscles palato-staphylins, qui, nés de chaque côté de la partie médiane de l'aponévrose du voile du palais, sous l'épine nasale postérieure, se dirigent en bas dans l'épaisseur de la luette où ils se terminent en un seul. Ainsi constitué, le muscle azygos de la luette a pour usage de relever celle-ci en arrière, et de l'appliquer entre les deux piliers postérieurs du voile du palais pour compléter l'occlusion de l'isthme du gosier dans le second temps de la déglutition.

Les veines azygos, vestiges des veines cardinales de l'embryon sont disposées de chaque côté de la ligne médiane de la colonne vertébrale, à sa partie antérieure, mais présentent un développement différent, celle du côté droit étant beaucoup plus considérable que celle de gauche. 

La veine axygos droite on grande veine azygos (venu sine pari), formée par la réunion de la dernière veine intercostale et des premières veines lombaires, au niveau de l'articulation des vertèbres dorsales avec les vertèbres lombaires, passe de l'abdomen dans le thorax par l'orifice aortique du diaphragme, à droite de l'aorte et en arrière de l'oesophage, monte le long de la partie latérale droite des vertèbres dorsales et vient se jeter, après avoir formé une courbe autour de la bronche droite, au niveau de la troisième vertèbre dorsale, dans la veine cave supérieure, immédiatement avant son entrée dans l'oreillette. Elle reçoit la veine bronchique et la veine oesophagienne droite, les veines médiastines et intercostales droites, puis la petite veine azygos et le tronc commun des veines intercostales supérieures gauches. Ces deux derniers représentent à gauche la grande veine azygos; la petite veine azygos, encore nommée demi-azygos parce qu'elle correspond à la moitié inférieure de la grande veine azygos, est formée par la réunion des premières veines lombaires et des cinq dernières veines intercostales; elle passe, comme la première, de l'abdomen dans le thorax par l'orifice aortique du diaphragme, et se jette ensuite dans la grande azygos en se courbant brusquement à droite. 

Les veines azygos forment une voie de dérivation importante entre les deux veines caves; de plus, la petite azygos, en s'anastomosant avec la veine rénale, ce qui est assez fréquent, fait aussi partie des canaux de dérivation du rein, lesquels se trouvent à la périphérie de cet organe. II en résulte que, dans les oblitérations de l'une des deux veines caves, le sang tend à gagner le coeur en passant par les veines azygos, qui se dilatent alors rapidement. en conçoit que plus le rétablissement de la circulation par cette voie est rapide, moins les accidents produits par son obstruction sont graves. À la vérité, le passage du sang de la veine cave inférieure dans la supérieure est plus facile que dans le sens inverse, à cause de la présence, près de l'embouchure de la grande azygos, d'une valvule presque complète qui s'oppose partiellement au reflux du sang de la supérieure vers l'inférieure. (L.H. Petit).

.


Dictionnaire Les mots du vivant
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005. - Reproduction interdite.