.
-

Autotomie. - Mutilation spontanée que pratiquent certains animaux qui, pour échapper à un danger, abandonnent une partie d'eux-mêmes. L'autotomie a été constatée chez presque tous les groupes d'animaux, aussi bien chez les invertébrés que chez certains vertébrés.

Chez les crustacés, surtout, il est facile d'observer ces phénomènes. Si l'on coupe le bout de l'une des pattes d'un crabe bien vivant, celui-ci la détache, et si l'on coupe successivement l'extrémité de chacune des autres pattes, le crabe les détachera aussitôt. Il en est ainsi non seulement si l'on coupe le bout des pattes, mais aussi quand on les électrise ou les chauffe, quand on les écrase ou les brise.

Ce n'est pas tant un acte volontaire qu'un réflexe protecteur dépendant de la masse nerveuse ventrale. Il y a avantage pour le crabe à se débarrasser de ce morceau de patte, car du moignon, résultant de l'autotomie, il ne s'écoule que peu de sang, tandis que de la section faite par l'opérateur s'échappe du sang en abondance.

On constate l'autotomie chez les insectes (Sauterelles, Phasmes, Lépidoptères, Diptères), chez les Araignées et chez les reptiles tels que l'orvet, qui brise sa queue facilement.

La crabes, après une ou plusieurs mues, recouvreront leur membre amputé, et la queue de l'orvet repoussera. La régénérescence des pattes a lieu aussi chez les phasmes s'ils ne sont pas adultes et s'ils ont par conséquent à subir des mues.

Certains mollusques se débarrassent de leur pied (helix, solen, doris); les comatules, les ophiures, les étoiles de mer cassent leurs bras s'ils sont inquiétés; les holothuries vomissent leur intestin lorsqu'on les prend. On a enfin observé l'autotomie chez les vers.

.


Dictionnaire Les mots du vivant
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2006. - Reproduction interdite.