.
-

Astrolabe

On a donné le nom d'astrolabe (du grec astron = astre et lambano = je prends)  à plusieurs instruments servant à observer les astres et à déterminer les latitudes et les longitudes  : 

L'astrolabe proprement dit est assez semblable aux armilles. C'est un système de cercles disposés dans l'ordre et la situation qu'on leur suppose dans les cieux, ce qui constitue une véritable sphère armilaire. 

Son invention est attribuée à Hipparque, célèbre astronome grec qui vivait au IIe siècle de notre ère. Il se compose de deux cercles ou d'un plus grand nombre de cercles, qui ont un centre commun et qui sont inclinés, les uns par rapport aux autres, de manière à permettre là l'astronome d'observer en même temps dans les différents cercles de la sphère. Si, par exemple., les différents cercles sont à angles droits, l'instrument donnera à la fois la longitude et la latitude, ou l'ascension droite et la déclinaison de l'astre. Sous cette forme, l'instrument est appelé astrolabe armillaire. 

Ptolémée le réduisit à un surface plane, à laquelle il donna le nom de planisphère; de là vient que dans les temps modernes le terme d'astrolabe a quelquefois servi à désigner un planisphère, ou la projection stéréographique de la sphère sur le plan d'un de ses grands cercles. 
-

Astrolabe.
Astrolabe.
Astrolabes du XVIe siècle (Musée de la Renaissance, Ecouen).
© Photos : Serge Jodra, 2011.

Les astronomes arabes ont apporté des améliorations aux astrolabes antiques. L'astrolabe moderne fut inventé par Fabricius, en 1513. Des astronomes tels que Copernic (antérieur à Frabricius), Gemma Frisius, Roias, La Hire et Parent ont utilisé des astrolabes pour leurs mesures.

L'astrolabe de mer est un instrument de navigation antérieur à l'arbalète, servant à mesurer la hauteur des astres au-dessus de l'horizon. Il ressemble beaucoup, comme forme et comme disposition, à l'anneau astronomique. Il consiste en un large anneau de cuivre d'environ 4 décimètres de diamètre, dont le limbe est divise en degrés et en minutes. Ce limbe porte une alidade mobile pourvue de deux pinnules; on tient l'anneau suspendu verticalement, en le tournant vers le soleil, de sorte que les rayons passent par les pinnules; et, dans cette position, le tranchant de l'index marque sur le limbe divisé une graduation qui est la hauteur de l'astre. 

D'après le P. Fournier, l'astrolabe de mer fut mis pour la première fois entre les mains des marins portugais, pendant le XIVe siècle, sous le règne de Jean II, par les deux médecins Rotheric et Joseph, et par Martin de Bohème, écolier de Montréal. Les navigateurs portugais, pleins de confiance dans l'exactitude de cet instrument, qui laissait cependant bien à désirer à cet égard, s'en servirent pour franchir l'équateur vers 1485.

L'astrolabe est complètement tombé en désuétude, à partir du moment où l'équatorial, l'instrument des hauteurs, le théodolite, etc., ont servi aux mêmes fonctions en remplissant beaucoup mieux.

.


Dictionnaire cosmographique
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005. - Reproduction interdite.