-

La Ronde de Nuit

La Ronde de Nuit, De Nachtwacht en néerlandais (oeuvre intitulée d'abord La Compagnie de Frans Banning Cocq et Willem van Ruytenburch) est un tableau de Rembrandt (au Rijkmuseum, d'Amsterdam), daté de 1642.  Un tambour bat le rappel, et tous les bourgeois de la milice arrivent en se hâtant derrière le capitaine et le lieutenant, qui marchent les premiers. Tous sont revêtus d'uniformes de fantaisie, dont Rembrandt a su tirer un merveilleux parti au point de vue du coloris. Le point capital du tableau est une petite fille qui court devant les miliciens. 

Ce tableau , qui fut payé par la ville 1600 florins au peintre, représente  la Sortie de la compagnie du Wijk (quartier) n° 1, commandée par le capitaine Frans Banning Cocq. Il figura d'abord dans le Doelen (tir) des arquebusiers, puis à l'ancien Hôtel de ville d'Amsterdam à partir de 1715 (à cette date, le tableau fut notablement rogné des deux côtés, de manière à pouvoir entrer dans un panneau), et enfin fut mis au musée de l'Etat.

Le nom de Ronde de nuit lui fut donné bien à tort par les critiques français du XVIIIe siècle, En réalité, la scène se passe dans le jour, et nous assistons tout simplement au départ d'une troupe de miliciens qui sortent pour quelque exercice de tir. 
La lumière vient de gauche. 

Au centre, le capitaine Cocq s'avance en pourpoint noir; à côté de lui, vers la droite du tableau, le capitaine van Ruytenburg, en vêtement jaune, portant à la main une hallebarde d'un raccourci très hardi. 

A droite, le tambour Kampoorl frappe sur sa caisse. 

A gauche, deux petites filles, dont l'une, qui porte à la main un casque, est une lumineuse et charmante apparition, qui semble éclairer tout le tableau. Devant elle, un jeune homme vêtu de rouge est occupé à tirer la baguette de son fusil. 

Au fond, divers gardes, parmi lesquels se distingue l'enseigne Jean Visacher Cornelissen, qui soutient un étendard orange, blanc et bleu. Dans le fond, à droite, sur une colonne, est fixé un écusson où se lisent les noms des principaux miliciens. Le tableau est signé sur la première marche, aux pieds de la petite fille  : Rembrandt, 1642.
-
Rembrandt : la Ronde de nuit.

 La Ronde de Nuit, de Rembrandt (1642).

A la différence des oeuvres de ce genre, où les personnages sont d'ordinaire disposés d'une manière un peu artificielle, de manière à se trouver à peu près tous également éclairés, nous voyons dans ce tableau une scène vivement animée, où chaque sujet participe d'une manière particulière au mouvement d'ensemble, à la fois très tumultueux et très ordonné. De là une impression de réalité de vie puissante. D'autre part, une lumière exceptionnelle contribue à répandre sur toute la scène une atmosphère mystérieuse, dont l'effet sur l'imagination n'est pas moins saisissant.

Le 13 janvier 1911, un nommé Sigrist, âgé de vingt-huit ans, donna trois coups de tranchet dans la célèbre toile. Il déclara qu'il avait agi par vengeance contre l'Etat : ancien cuisinier à bord d'un navire de guerre, il n'avait pas été rengagé, à la suite d'un examen médical. Le capitaine Cocq fut atteint au genou et Van Ruytenburg à la poitrine. Par bonheur, la toile, fortement doublée, ne fut pas déchirée; seule, la couche de vernis, assez épaisse, fut enlevée. (La Jarrie).


Dictionnaire Architecture, arts plastiques et arts divers
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2011 - 2016. - Reproduction interdite.