.
-

Lampe

L'usage des lampes est extrêmement ancien. Les lampes antiques avaient toutes à peu près la même forme. L'Antiquité romaine nous en a laissé un très grand nombre, tant à Pompéi que dans les tombeaux où l'on avait coutume d'en déposer. Cette coutume fut pratiquée par les premiers chrétiens comme elle l'avait été par les païens, avec cette seule différence que des emblèmes de la nouvelle religion furent figurés sur ces lampes. 

La lampe romaine était en terre cuite ou en bronze. Elle était toujours petite et se composait d'un godet muni d'un manche, d'un bec et d'un couvercle adhérent, généralement orné et muni d'une ou de plusieurs ouvertures rondes avec ou sans bouchon pour l'introduction de l'huile. 
-

Lampes à huile gallo-romaines.
Lampes à huile gallo-romaines (IIe-IIIe s. ap. J.-C). Musée archéologie de Saint-Lizier.
© Photo : Serge Jodra, 2011.

Certaines lampes avaient deux ou plusieurs becs. Quelques autres, plus rares, avaient des formes variées. Au musée de Naples on en voit une en forme d'oiseau, une autre en forme de pied humain. C'étaient en général des lampes votives. D'autres lampes ont un couvercle surmonté d'une statuette.On a trouvé à Pompéi des candélabres en forme d'arbre ou de colonne soutenant des bras de rinceaux de petites lampes sont suspendues par des chaînettes aux branches de ces candélabres. Un porte-lampe chrétien trouvé en Algérie a la forme d'une petite église.

Il existe également an musée de Naples des lampes à clairettes destinées à être suspendues (l'une figure un aigle volant) et d'autres pouvant indifféremment se suspendre et se poser. 

Au Moyen âge, les lampes appartenaient le plus souvent à un modèle tout différent qui parait être importé d'Orient. C'est un godet de verre arrondi par-dessous et évasé du haut on le place dans un cercle de métal suspendu à des chaînettes ou muni de pieds qui permettent de le poser. La mèche est maintenue au moyen d'un flotteur : c'est à peu près le système des veilleuses utiliées plus tard. 

Quand on voulait obtenir beaucoup de lumière, on suspendait un grand nombre de ces lampions à un lustre ou lampier. Généralement ce lustre affecte la forme d'un cercle. Il s'appelle alors couronne de lumières. L'usage de la lampe en forme de godet a persisté longtemps, au moins dans le cérémonial de la cour de France : jusqu'au XVIIIe siècle, une veilleuse de ce genre brûla dans un mortier dans la chambre à coucher du roi.

Le Moyen âge avait aussi des lampes portatives en fonte de cuivre ou dinanderie, en fer et en terre. La lampe de dinanderie a été usitée au moins depuis le XVe siècle jusqu'au XVIIIe s. et, selon Viollet-le-Duc, elle aurait été en usage dès le XIIIe s. 

Elle était formée d'un godet demi-sphérique muni d'un bec et couronné d'un lanternon à anneau par où on la suspendait. Une ouverture latérale formant comme un second bec obtus servait d'entonnoir à huile; sous le godet était suspendu un second godet plus petit facile à décrocher. Il recueillait les gouttes d'huile qui pouvaient glisser du bec sur la panse de la lampe. Parfois, surtout en Italie, ces lampes ont plusieurs becs. 

Les lampes en fer sont plus simples ; elles ont la forme d'une cuiller à manche recourbé terminé par un anneau de suspension. Elles peuvent avoir aussi le double godet. Elles étaient usitées dès l'époque gothique. Ces lampes sont généralement suspendues par une tige de fer plus ou moins ornée, terminée par un crochet. Ce système est un grand perfectionnement, car on peut porter commodément la lampe en tenant la tige verticalement ou horizontalement, et on peut non moins commodément l'accrocher, non seulement aux anneaux, mais à toutes sortes de saillies, et cela sans le secours d'escabeau.

On a fait  aussi des lampes de dinanderie montées sur un pied fixé à un plateau allongé qui recueille les gouttes d'huile; elles répondent au nom populaire de crasset ou crachet. En Italie, ce plateau n'existe pas, mais les lampes à pied dites lumi ont plusieurs becs et peuvent monter et descendre sur une tige munie d'un anneau qui sert à les porter. Ces deux types de lampes peuvent remonter jusqu'au Moyen âge, mais on n'en trouve que des exemples plus récents

Il faut encore signaler parmi les lampes en dinanderie les lampes à sept becs usitées dans la liturgie hébraïque. Le musée de Cluny possède une de ces lampes de travail limousin et remontant au XIIIe siècle, et les exemples plus récents sont communs. Ces lampes ont la forme d'un godet rectangulaire allongé muni d'une série de becs sur trois côtés. Le quatrième forme une plaque décorative qui s'applique à la muraille et se termine en anneau de suspension.

Les lampes en terre du Moyen âge, dont on a trouvé un grand nombre dans des fouilles, sont en général trop simples pour qu'on puisse d'emblée leur assigner une date certaine. Un certain nombre cependant paraissent devoir être attribuées au XVe siècle à cause des tons de leurs vernis verts et de la forme de leurs plateaux semblables à ceux des chandeliers en dinanderie de cette époque. Ces lampes ont un plateau circulaire à rebords, d'où s'élève une hampe facile à prendre et portant le godet rond muni d'un bec. L'ouverture supérieure est circulaire, large et relevée de façon à empêcher l'huile de déborder. Un couvercle devait souvent s'adapter à cette ouverture. Les types de lampes plus perfectionnés ne remontent guère au delà du commencement du XIXe siècle. (C. Enlart).

.


Dictionnaire Architecture, arts plastiques et arts divers
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2011. - Reproduction interdite.