.
-

Couverte

Couverte, enduit émaillé qui recouvre les poteries. La connaissance de la couverte est nécessaire à l'archéologue pour déterminer l'origine et la date d'un vase. Les couvertes égyptiennes sont, en général, unies,  régulières, grises, violettes, brunes, vertes, blanches, et bleu-turquoise. Tout le monde connaît la couverte noire et rougeâtre des vases étrusques et grecs. Lorsque le vase avait reçu une légère cuisson, les ouvriers le trempaient  dans une couleur rougeâtre, et ils y appliquaient ensuite  la couverte faite de la terre bolaire appelée manganesia  vitriariorum. Quand elle était bien séchée, on y traçait  à la pointe ces hardis dessins qui font notre admiration.

Les porcelaines qui viennent d'Asie se reconnaissent encore à la couverte. La porcelaine dite truitée, à cause de la ressemblance de son enduit avec les écailles de la  truite, et qui est la plus ancienne de la Chine, se reconnaît à sa couverte gercée et à sa pâte grise. Le comte de Lauraguais parvint, en 1766, à en faire une imitation  parfaite. La porcelaine du Japon a une couverte plus  blanche et moins bleuâtre que celle de la Chine, et est  moins chargée d'ornements. La couverte glacée blanche et très belle distingue les produits modernes de la Chine.  Celle qui est en véritable émail blanc et pur distingue le Japon chiné. Des découvertes récentes ont permis d'apprécier la glaçure parfois très remarquable des antiquités  gallo-franques et gallo-romaines. L'industrie moderne est l'arrivée à fabriquer des produits qui ne le cèdent en rien à ceux de l'Antiquité.

Couverte des vitraux. - Des discussions se sont élevées sur la question de savoir si les peintres-verriers du Moyen âge plaçaient sur le revers des vitres une couche d'émail pour donner à l'ensemble de la verrière un ton général et harmonieux. On n'a pas pu arriver à des constatations positives; mais ce qui est incontestable, c'est la couverte appliquée sur les anciennes vitres par la poussière des siècles, et la dévitrification causée par l'intempérie des saisons. Le temps a donné aux anciens vitraux un ton général d'harmonie qui certainement n'existait pas au moment de leur création, et ce serait vainement qu'on chercherait à l'imiter dans des vitraux modernes. 
.


Dictionnaire Architecture, arts plastiques et arts divers
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2007. - Reproduction interdite.