.
-

Apparence.-  L'habitude d'exercer simultanément le sens du toucher et celui de la vue nous dispose à confondre l'étendue et la figure réelles des corps avec leur étendue et leur figure visibles ou apparentes. Lorsque l'on fait la théorie de la perception, il faut un certain effort pour distinguer ces propriétés les unes des autres. Cependant, au prix de cet effort, on s'aperçoit qu'il n'y a aucune ressemblance, ni pour les choses elles-mêmes, ni pour les sensations que nous en éprouvons, entre ces deux sortes de propriétés, et que c'est seulement une association d'idées et une induction, rendues extrêmement faciles, promptes et sûres par l'habitude, sans devenir toutefois infaillibles, qui nous font juger de la réalité par l'apparence, de la grandeur, de la figure, de la distance absolues par la grandeur, par la figure visibles, par les dégradations de la couleur et de la lumière. En qualifiant d'apparences les propriétés visibles des corps, on ne prétend pas contester la réalité de ces qualités; on veut dire qu'à l'égard des notions dues au toucher, les notions dues au sens de la vue sont seulement des signes sur la valeur desquels on doit toujours prendre garde de se méprendre, sous peine de tomber dans un de ces faux jugements que l'on considère improprement comme le résultat d'une illusion naturelle des sens, alors qu'ils résultent de la confusion, facile à éviter, des données de sens différents. (B.E.).
.


Dictionnaire Idées et méthodes
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.