.
-

L'amnios

L'amnios (anatomie) est la plus interne des membranes de l'oeuf chez l'humain et les vertébrés supérieurs. 

Développemnent
Elle développe de très bonne heure aux dépens de la portion extra-embryonnaire de la somatopleure. Lorsque le disque embryonnaire, constitué à l'état tridermique, s'infléchit par ses deux extrémités en même temps qu'il s'incurve vers ses bords, prenant la forme d'une nacelle renversée sur le jaune, il déprime sur son pourtour la portion extra-embryonnaire du blastoderme. Il se produit ainsi une sorte de rainure qui tend à se creuser de plus en plus et bientôt l'embryon se trouve occuper le fond d'une sorte de dépression en forme de cupule.

Le rebord péri-embryonnaire qui limite cette dépression est constitué par un repli de la somatopleure contenant dans sa duplicature un prolongement du coelome; au début, ce pli est surtout accusé vers les deux extrémités de l'embryon plus fortement infléchies et y forme les capuchons amniotique, céphalique et caudal. Tandis que la splanchnopleure reste appliquée sur le jaune et constitue la gouttière intestinale et la vésicule ombilicale, le pli amniotique de la somatopleure s'étend progressivement sur la face dorsale de l'embryon; son bord libre circonscrit à ce niveau une ouverture de plus en plus étroite, l'ombilic amniotique. Ainsi, la cupule primitive se trouve transformée en une sorte de sac qui tend à se refermer au-dessus de l'embryon en l'enveloppant complètement; c'est en effet ce qui arrive au moment de l'oblitération finale de l'ombilic amniotique. 

Dès lors, les deux feuillets de la duplicature circulaire qui à donné naissance à l'amnios se trouvent séparés l'un de l'autre; le plus externe va s'accoler à la face interne de la membrane vitalline et constitue ainsi le deuxième chorion de Coste (vésicule séreuse ou chorion blastodermique); le plus interne forme à lui seul la paroi du sac amniotique. Celui-ci se présente alors comme une gaine transparente entourant l'embryon et s'insérant au pourtour de l'ombilic cutané encore largement ouvert; en réalité, elle se continue directement à ce niveau avec. les parois du corps. D'abord intimement appliquée sur l'embryon, elle ne tarde pas à en être séparée par suite de la production d'un liquide transparent, liquide amniotique. La poche amniotique prend un développement notable à mesure que la vésicule ombilicale et l'allantoïde diminuent de volume; elle se comporte comme une sorte de séreuse dont le feuillet pariétal s'accole à la face interne du chorion et du placenta, se réfléchit sur le cordon ombilical et se continue au pourtour de l'ombilic avec le feuillet viscéral représenté par la peau même du foetus. Sa face externe est lâchement unie au chorion, au placenta, etc. par le tissu cellulaire gélatineux qui remplit le coelome et qui a reçu diverses dénominations (magma réticulé; tissu interannexiel, intermédiaire, etc.).

Nous devons ajouter que le développement de l'amnios se ferait d'une façon un peu différente suivant E. Van Beneden et Julin. D'après les recherches de ces auteurs sur le Lapin et les Chiroptères, tout l'amnios définitif dériverait exclusivement du capuchon amniotique caudal dans lequel l'embryon s'enfoncerait peu à peu en vertu de son poids. Quant au capuchon céphalique ou proamnios, il serait constitué en réalité par l'ectoderme et l'endoderme accolés (portion didermique du blastoderme) et n'aurait qu'une existence passagère.

Structure.
La membrane amniotique se compose de deux couches comme la  somatopleure dont elle tire son origine une couche interne épithéliale ectodermique formée d'un seul plan de cellules polygonales, sauf au niveau du cordon où l'épithélium est stratifié; une couche externe lamineuse qui n'est autre chose qu'un prolongement de la lame fibrocutanée et qui renferme quelques fibres musculaires lisses. Ces éléments, décrits pour la première fois chez le poulet par Remak, expliquent les phénomènes de contraction observés par Baer, Remak et surtout par Vulpian. D'une façon générale, la paroi de l'amnios n'est pas vasculaire ; on a pu cependant y injecter quelques vaisseaux qui paraissent appartenir plutôt aux tissus ambiants (magma réticulé, allantoïde) et qui s'oblitérant dans les derniers
temps de la grossesse. (G. Herrmann).

Amnios (zoologie). -  L'étude de l'amnios dans la série des Vertébrés présente une grande importance au point de vue de la classification. La question se trouve exposée sommairement à l'article allantoïde. - La cavité de l'amnios est remplie par le liquide amniotique. Celui-ci est limpide, jaunâtre ou blanchâtre, d'une odeur fade, d'une saveur légèrement salée. Il s'accumule pendant le cours du développement et provient de sources diverses : il transsude de la surface du corps du foetus, dont la peau est extrêmement riche en vaisseaux sanguins; il provient en partie des reins, comme le prouve la présence en son intérieur d'urée, de créatine et d'autres produits excrémentitiels; enfin, chez les allantoïdiens vivipares (Mammifères, à l'exception des Monotrèmes), l'organisme maternel contribue également dans une certaine mesure à sa production. Le liquide amniotique n'est donc pas exhalé par l'amnios. C'est un liquide excrémentitiel, non alibile, neutre ou de réaction faiblement alcaline, dont la densiié varie entre 1,004 et 1,008. Sa composition chimique, variable suivant les animaux, est néanmoins assez analogue à celle du sérum sanguin dilué. D'après Scherer, cette composition serait la suivante pour 1000 parties de liquide ammotique de l'humain :
Eau  : 991,40
Matières solides  : 8,60
Albumine  : 0,82 
Matières extractives :  0,60
Sels inorganiques : 7,10.
On peut dire, d'une façon générale, que le liquide amniotique ressemble aux autres liquides séreux, mais qu'il diffère de ceux-ci par une plus grande teneur en urée. A la fin de la grossesse, cette dernière se trouve dans la proportion de 0,16 à 0,34 et même jusqu'à 0,46 pour 1000. Au nombre des principes organiques renfermés dans ce liquide, on doit citer encore le glucose, en quantité notable chez les herbivores, moins abondante chez les carnivores, plus rare encore chez l'humain. 

L'analyse qui précède sa rapporte au liquide amniotique d'un foetus humain à terme : comme on voit, il y a à peine 1 % de parties solides; dans les mois précédents, le liquide était un peu lus concentré. Sa quantité varie avec les individus et avec les diverses époques de la grossesse : au cinquième ou au sixième mois, elle peut s'élever jusqu'à un kilogramme : plus tard, elle va en diminuant progressivement et finit par se réduire environ de moitié. 

Le liquide amniotique a pour rôle de protéger l'embryon; chez les ovipares, il l'empêche de se heurter contre la coquille de l'oeuf, dans les déplacements auxquels celui-ci est exposé; chez les vivipares, il le met à l'abri des contractions de l'utérus. C'est lui qui, lors de l'accouchement, forme la poche des eaux, avec les membranes dans lesquelles il est contenu.

En histologie, on se sert, sous le nom de sérum iodé, de liquide amniotique dans lequel on a fait dissoudre une certaine proportion d'iode : c'est un réactif excellent pour dissocier lés éléments anatomiques. (R. Bl.).

.


Dictionnaire Les mots du vivant
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005. - Reproduction interdite.